Chargement...
Bienvenue sur Pirate Punk ! Pour participer à la communauté, il faut s'enregistrer ou se connecter.   Ⓐ//Ⓔ

je hais le FOOTBALL,..et vous?

Discussion dans 'Discussion générale' créé par vinvin, 17 Août 2009.

  1. Adr72

    Adr72Anarcho-Grandtaré Membre actif


    52

    0

    0

    12 Juin 2010
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    J'ai regardé le match pour me marrer, J'ai pas été déçu!
     
  2. vinvin

    vinvin Uploadeur Membre actif


    3 016

    5

    511

    15 Décembre 2008
    France
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    le coq gaulois a fini en burrito:roflmao:
     
  3. Adr72

    Adr72Anarcho-Grandtaré Membre actif


    52

    0

    0

    12 Juin 2010
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    +1000 je retiens!:beers:
     
  4. ramoca

    ramoca Membre actif


    1 600

    0

    49

    10 Août 2008
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    Jpeux te dire que quand tu regardes le match à côté d'un portugais pure fan de foot t'en prend plein la gueule :ecouteurs:
     
  5. XiloPunk

    XiloPunkchuis pas punk Membre actif


    325

    0

    1

    13 Juin 2010
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    france-Mexique:ecouteurs:
    :roflmao: éh ben, on s'est tellement marré avec des potes en parlant de l'équipe de france que j'ai finit plié en deux par terre :mouhaha:
     
  6. Jack le MorBack

    Jack le MorBack Uploadeur Membre actif


    557

    3

    64

    29 Mars 2010
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    Oui c'est sur chavais pas quoi faire et la tiens un spectacle comique qui passe ah non c'est du foot c'est sur qu'ils ont joué comme des ... quand on a connu 98 quand meme c'est pas pareil :mdr:
     
  7. Jo Kabal

    Jo KabalGreen Punk Membre actif


    833

    3

    35

    17 Décembre 2009
    France
  8. Ponk_as_Fonk

    Ponk_as_FonkBerry indépendant! Membre actif


    399

    1

    4

    2 Janvier 2010
    France
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    C'est drole, cet apres midi en voyant des pubs en ville avec les bleus, je me suis dit la même chose.
     
  9. kpk

    kpk Membre actif


    58

    0

    2

    7 Août 2008
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    Tiens donc des kepons qui sont des moutons.....
    "AHAHA on a regardé l'équipe de France on s'est trop marrer...." Faut peut être arrêter de répéter ce que dis les FOOTIX, eh les canards qui veulent juste vendre

    Autant à l'Euro 2008, on avait pas attaqué contre la Roumanie, on avait explosé face aux Pays Bas et on s'était fait avoir par l'Italie.

    Bref passons à la CDM 2010.

    Premier match contre l'Uruguay. On a dominé ce match car cette équipe joue la contre-attaque donc elle récuppère assez bas. On l'a bien vu face à l'Afsud où la chute a été violente pour ce modeste pays hôte ainsi que face au Méxique. Bref, un pénalty non sifflé alors qu'il était évident sur Diaby ... bizarrement on nous cautionne des fautes et HJ pas du tout évident, mais chuuuut ...

    Ce match a été bon dans l'ensemble, sauf dans les occasions, mais que faire ? L'Uruguay n'a encore encaissé aucun but, son système basé sur une défense a 5 avec un libéro qui sert de MDF et deux MDF qui peuvent permuter en milieux latéraux sur les contres attaques ainsi que deux attaquants totalement monstrueux ... cette tactique leur fera soulever la coupe le 11 Juillet d'ailleurs mais bon, on a fais 0-0 contre les FUTURS champions du monde et qui ont déjà gagnés deux fois la CDM et qui ont EXPLOSER l'Afsud et le Méxique.

    Bref match contre le Méxique. Première mi-temps équilibrée, on marque pas mais faut dire que le Méxique réccupère assez baS et donc avec 5 joueurs (3 def + deux MDF) ... DomeBIDE qui met un seul attaquant, forcément on ne peut pas jouer nous les contres attaques, le Méxique peut lui ...
    Deuxième mi-temps, le Méxique décide de JOUER. Excellente tactique étant donné que la FRANCE NE PEUT PAS MARQUER SUR LES CONTRES AVEC UN ATTAQUANT aucun joueur ne suit ...
    On repousse tout de même les occasions du Méxique. Vient le but ... limite Hors Jeu, mais même le joueur (je sais plus qui) savait qu'il était HJ il s'est arrêté Llloris aussi. Mais bon, les arbitres ont rien dit ... Bizarre, sur Diaby c'était EVIDENT mais là non pas du tout évident et les mecs disent oui but accordée ... et DOMEBIDE encore pourquoi la défense était haute alors qu'on avait même pas la balle, WTF ? Toutes les équipes jouent avec une défense basse sauf l'Espagne. De plus, vu notre défense ...

    Bref, pénalty logique on est obligé de jouer, contre attaque et boum.

    Défaite non mérité, le but litigieux change tout.

    Scandale commence.

    Match contre AFSUD. On se prend un but alors que le mec défonce DIABY BUT ACCORDEE
    Gourcuff donne un coup sans faire exprès ...

    L'arbitre n'a RIEN vu il donne un rouge a Cissé WTF ?? Ces assisstants n'ont plus n'ont rien vu au passage vu qu'ils ont rien dit ...

    Gourcuff va dire a l'arbitre bien entendu que c'est lui, GG GOURDIEU :ecouteurs:

    Non mais jerry, le mec sort un rouge comme ça il sait même pas ce qui c'est passé ni ses assisstants

    Bizarrement, le pénalty de Diaby, le but litigieux du Méxique ... CHUUUUUUUUUUUUUUT ils ont triché contre l'Irlande ...

    CES MÊMES IRLANDAIS QUI TRICHENT CONTRE LA GEORGIE POUR SE QUALIFIER

    [ame]http://www.youtube.com/watch?v=oQQiaAtKFcs[/ame]

    pénalty totalement imaginaire ...

    Deuxième but logique, on est a 10, ils ont le moral boosté les sud aff ...


    Domebide qui tente pas plus offensif en début de match

    Bref finalement, les arbitres se sont déchainés contre nous, notre entraineur ne prend pas BENZEDIOS ect ...

    On explose l'Uruguay (qu'on devrait battre sans les arbitres et le pénalty de DIABY) qui bat les deux pays qui nous ont battus grâce aux arbitres ...

    Voilà pour finir on s'est fait arnaqué par notre réputation ZAHIA, IRELANDE (Géorgie dans tout ça ? HEIN ?), AnelkBIDE, Domebide, les arbitres payés ect ...

    Les matchs de préparations on aurait du choisir des équipes qui jouaient au football quoi, pas la CHINE, prévisible qu'ils metteraient 10 défenseurs, idem pour le Costa Ribide et la Tunibide qui a joué comme l'UruDIEU ...

    On a pas été bon mais, on n'a pas été mauvais, c'est tout ...
     
  10. Jo Kabal

    Jo KabalGreen Punk Membre actif


    833

    3

    35

    17 Décembre 2009
    France
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    on? ils plutôt
     
    Dernière édition par un modérateur: 22 Juin 2010
  11. kpk

    kpk Membre actif


    58

    0

    2

    7 Août 2008
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    Équipe de France, il l'a représente, je suis Français donc on. Bref si je continue ça va partir sur l'amalgame FAF/Patriote.
     
  12. vinvin

    vinvin Uploadeur Membre actif


    3 016

    5

    511

    15 Décembre 2008
    France
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?



    j'en ai rien a battre de ton analyse sportif du supporter!!

    ils sont arrivé sa se pendre sans qu'on les aide:good2:
     
  13. Jo Kabal

    Jo KabalGreen Punk Membre actif


    833

    3

    35

    17 Décembre 2009
    France
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    en supportant l'équipe de france, comme disent les Pogomarto (voir lien que j'ai posté plus haut dans le topic), t'es pas patriote mais nationaliste sans le savoir

    enfin bref t'as raison, des débats à la con y'en a assez comme ça à fermer en permanence mais moi j'aime pas ce foot à fric donc voilà
     
  14. Jo Kabal

    Jo KabalGreen Punk Membre actif


    833

    3

    35

    17 Décembre 2009
    France
  15. kpk

    kpk Membre actif


    58

    0

    2

    7 Août 2008
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    Ahhhhhh encore des gens qui n'ont pas compris la difference maillot/drapeau. Quand je dis allez la France, je pense au maillot, au moments de bonheur qu'il représente (1998,2000, 2006 la Panenka de zidane en FINAL).

    Je prend un autre exemple, j'apprécie le mma, cheik kongo est un combattant français (dont je n'aime pas du tout le style) lorsque qu'il a affronter cro cop (un croate) un combattant que j'apprécie vachement, j'étais pour cro cop durant tout le match. Rien a foutre de la nationalité je suis derrière celui qui me fait rêver.
     
  16. Jo Kabal

    Jo KabalGreen Punk Membre actif


    833

    3

    35

    17 Décembre 2009
    France
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    ouai mais le foot à fric ça nous branche vraiment pas désolé, vas plutôt supporter une petite équipe locale qui joue pour le plaisir, on te comprendra mieux
     
  17. anarchOi

    anarchOi Comité auto-gestion Uploadeur Équipe technique Membre actif


    7 556

    98

    1,032

    4 Avril 2008
    United States
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    kpk, on en a rien a branler de ton mondial du football, si t'as toujours pas capté le titre de ce topic est "je hais le football"
     
  18. anarchOi

    anarchOi Comité auto-gestion Uploadeur Équipe technique Membre actif


    7 556

    98

    1,032

    4 Avril 2008
    United States
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    Ça y est, c’est parti pour tous les dégénérés de la terre qui vont se régaler pendant un mois à l’occasion du mondial de football 2010 qui se déroule en Afrique du sud du 11 juin au 11 juillet. Cet événement sportif international mérite une attention particulière, car la coupe du monde du football n’est pas une simple manifestation sportive, médiatique, financière, économique voire politique, elle est aussi une pathologie sociale secrétée par un type de société et un mode de production, le mode de production capitaliste.



    Les jeux et la compétition ont certes existé rappelons-nous (rappelons nous la fameuse boutade de Néron, le pain et les jeux pour le peuple) mais ils n’ont jamais pris une telle dimension planétaire au point d’envahir la vie quotidienne des hommes. D’abord, les jeux étaient confinés dans une zone géographique, une ville ou un village, et leur but était seulement le plaisir du spectacle et l’émotion intense qu’ils produisaient. Le sport et le loisir étaient l’apanage des gens riches disposant du temps libre et des loisirs. Avec l’avènement du capitalisme, le sport et les loisirs deviennent un rouage du pouvoir politique et l’un des innombrables mécanismes qui composent la machinerie mise en place progressivement, consciemment ou inconsciemment, par les classes dominantes pour orienter utilement et pour canaliser l’énergie psychique et physique des masses. Ceux qui se focalisent un peu vite sur le sport en général et sur le football en particulier qualifié de peste et de nouvel opium des peuples se trompent lourdement, car ils ignorent l’action analgésiante et abrutissante d’autres relais et d’autres institutions tels que l’école, l’université, la radio, la télévision, le divertissement, la musique, le loto, le PMU, les casinos, la science, la technique, la médecine etc qui concourent chacun dans son domaine propre à la dégénérescence mentale et intellectuelle des masses. À ceux qui s’alarment du danger du sport et du football, nous leur disons, n’exagérons rien, le sport et le football ne sont pas plus dangereux pour notre santé mentale et intellectuelle que les émissions de Philippe Bouvard et d’Arthur à la radio et à la télévision, qu’un concert de Johnny Halliday, à Bercy, les séries télévisées, Star Académie, la ferme célébrité ou n’importe quelle émission de télé reality. Ceux qui s’en prennent uniquement au sport et au football rendus responsables de l’abrutissement des masses, inversent l’ordre des priorités, car ils oublient ou feignent d’oublier que le processus du décervelage des hommes dans nos sociétés actuelles commence non pas dans les stades mais à l’école au sein de laquelle prend source la dégénérescence mentale et intellectuelle des futurs générations. En réalité, les rois des stades n’y sont pour rien dans le décervelage des masses, ils sont là seulement pour entretenir la débilité ambiante. Le sport en général et le foot en particulier sont une parmi d’autres institutions jouant chacune le rôle d’agent d’entretien de l’abrutissement et de la dégénération mentale et intellectuelle des masses. Une fois la mission de l’école est terminée, c’est à d’autres institutions de prendre le relais pour entretenir continuellement l’état d’abrutissement et de dégénération des masses sans lequel le système capitaliste ne pourra ni fonctionner ni perdurer. Au-delà de ces considérations générales, toute la question est de savoir pourquoi le football a pris l’importance que l’on sait dans nos sociétés actuelles.


    LE FOOTBALL, ARME POLITIQUE ET IDÉOLOGIQUE CONTRE LES CLASSES EXPLOITÉES
    Si le football a envahi notre vie quotidienne et il est devenu si populaire, c’est parce qu’il s’est révélé historiquement comme une arme de combat des classes dominantes contre les classes exploitées. Il faut savoir qu’une classe dominante ne peut jamais asseoir sa domination qu’en dégénérant mentalement et intellectuellement les classes dominées. Cela veut dire concrètement que les classes exploiteuses doivent tout faire pour empêcher les classes dominées de prendre conscience des mécanismes qui sous-tendent leur domination. À cet égard, le football, pour ne pas parler d’autres sports, fut une arme politique et idéologique d’une redoutable efficacité dont s’étaient servis la bourgeoisie et les capitalistes au XIXème siècle pour briser l’unité et la conscience de classe des dominées et des exploités. C’est seulement cette perspective qui explique pourquoi le football est devenu si populaire et pourquoi il a pris une telle importance planétaire. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de constater l’émergence simultanée, durant les trois dernières décennies du XIXème, du football comme sport de masse et comme institution et l’école publique, gratuite et obligatoire, car l’un et l’autre sont de nature à empêcher la naissance d’une conscience de classe entre toutes les victimes de l’exploitation capitaliste.


    Pour mieux comprendre pourquoi le football, jadis sport élitiste, est devenu aujourd’hui un sport de masse et même le sport le plus populaire de tous les temps, il faudra le replacer dans le contexte de l’époque qui lui a donné naissance. À l’origine, le football, comme le rugby, était un sport pratiqué par la riche aristocratie anglaise et par ses enfants qui fréquentaient les prestigieux collèges des publics Schools. Dans l’esprit de ses promoteurs, le football visait à empêcher les garçons des publics Schools d’aller rôder dans les rues et sur les terrains du voisinage. Jusqu’aux années 1870, le football faisait partie de l’éducation militaire des gentlemen et de l’Upper middle class et il participait à l’éthique sportive de la classe aristocratique fondée sur la maîtrise de soi, le contrôle des pulsions, le respect des codes et l’exaltation de la virilité(manliness) physique et morale. Géographiquement, le football était localisé au sud de l’Angleterre. Mais à partir des années 1870, le football, jusqu’ici sport élitiste et aristocratique par excellence, commence à intéresser la classe politique et les capitalistes anglais pour son triple rôle d’intégration politique et sociale, de défoulement physique et de décharge psychique pour les ouvriers. Ce faisant, le football était perçu comme un moyen efficace pour créer des masses aliénées en empêchant la coalition des ouvriers et en étouffant dans l’œuf toute velléité de prise conscience politique de classe.


    La soi-disant démocratisation du football était commandée en réalité par des impératifs politiques et idéologiques visant à lutter contre la force montante et menaçante du trade unionisme et à soustraire les ouvriers anglais de l’influence grandissante des idées socialistes et communistes. Le football, comme d’ailleurs l’école à la même époque, était considéré par les bourgeoisies et les classes politiques de l’époque comme l’antidote des projets éducatifs mis en place par la Première Internationale pour contrecarrer l’emprise de l’idéologie dominante sur les ouvriers et dotant derniers d’un rudiment d’éducation politique nécessaire à leurs futurs combats de classe. Car, pour la Première Internationale, l’éducation et l’instruction faisaient partie intégrante de tout projet et de tout mouvement d’émancipation politique et idéologique de la classe ouvrièrei C’est justement pour combattre les projets éducatifs de la Première Internationale et pour empêcher les ouvriers de s’instruire et de s’éduquer en suivant les conférences et les cours d’éducation politique institués par les sections de la Première Internationale en Angleterre d’abord et ensuite sur le continent et aux Etats-Unis, que le patronat et les capitalistes avaient créé dans les centres industriels, dans les quartiers, dans les usines, des clubs de football. Le club de football était considéré comme le meilleur rempart contre l’instruction et l’éducation des ouvriers. Ce n’est pas un pur hasard si les premiers clubs de football s’étaient implantés dans les centres industriels, c’est-à-dire les lieux où étaient massivement présents les syndicats anglais, les Trade union. C’est pourquoi les premiers lieux privilégiés d’implantation des clubs de football ont été les entreprises et les centres industriels, dans les ports dont certains entrepôts appartenaient aux compagnies maritimes anglaises. Ce sont par la suite les cadres et les techniciens travaillant pour les chantiers navals anglais à l’étranger qui furent les principaux artisans de l’exportation du football sur le continent et en Amérique latine. Cela montre que les clubs de football étaient une arme politique et idéologique entre les mains des bourgeoisies et des classes dominantes pour contrer les projets éducatifs des dirigeants du mouvement ouvrier et pour empêcher la naissance d’une conscience de classe et d’une solidarité entre les ouvriers de tous les pays.


    Outre cette mission de soustraire les ouvriers à l’influence des Trade uions et des courants socialistes et communistes, le football était appelé à remplir une deuxième mission, celle faire naître et de propager dans les masses l’esprit du chauvinisme et de la guerre. Le football, comme d’ailleurs tous les jeux de combat organisés, boxes, tennis, escrime, vélo etc a partie liée avec l’état de guerre permanent, la compétition et la lutte pour l’existence qui caractérise la société capitaliste. En effet, le gros problème pour les classes dominantes de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, était de mobiliser leurs peuples qui devaient servir de chair à canon pour leurs futures guerres impérialistes et colonialistes. Le football était conçu comme un moyen assez commode pour stimuler l’instinct combatif et l’esprit d’agressivité et de chauvinisme des masses et des peuples qui ont tendance à plutôt à être pacifistes. Le football avait donc pour mission de préparer les masses et les peuples aux futures guerres et aux futurs conflits militaires. C’est pourquoi, avant toute guerre, étaient organisés un peu partout dans les pays capitalistes des matchs de foot, et même dans les coins les plus reclus des territoires, pour créer et préparer une ambiance belliqueuse en excitant et en exacerbant le chauvinisme et la nationalisme des classes populaires. Cette relation entre le football et l’instinct combatif a d’ailleurs été révélée par des statistiques effectuées durant la première guerre mondiale montrant la présence d’une forte proportion de joueurs de football dans les armées anglaises, françaises, allemandes etc. Ce phénomène devient compréhensible quand on sait que le football prépare psychologiquement au combat et à la guerre et son public est animé par la même exaltation des vertus guerrières que le soldat. Le football, comme tous les sports de combat, stimule la force musculaire, affermit la force de résistance surtout nerveuse et crée de la discipline. Le football endurcit, aguerrit et immunise contre la tendance à éviter et à fuir la douleur. Dans le football comme dans l’éducation militaire, on cherche à canaliser la pulsion combative en la stimulant et en la plaçant sous la dépendance étroite d’un donneur d’ordre. On peut dire sans se tromper que l’émergence du football comme sport de masse n’est nullement étrangère aux grandes boucheries du XXème qui ont laissé sur les champs de bataille une centaine de millions de morts.


    CONCLUSION
    La coupe du monde de football montre que la dégénérescence mentale et intellectuelle n’est plus l’apanage d’une seule zone géographique mais qu’elle est devenue un phénomène planétaire. L’internationalisation du capital et la mondialisation de l’économie, loin d’être des bienfaits pour l’humanité, ont contribué, bien au contraire, à l’abrutissement généralisé et à affligeante dégénérescence mentale et intellectuelle des êtres humains. IL va sans dire que la coupe du monde du football est une véritable aubaine et pour les multinationales capitalistes qui vont pouvoir s’engraisser encore un peu plus, pour les mass médias privées et publiques qui vont se sucrer royalement tout en participant comme à l’accoutumée à l’abrutissement des masses, pour la classe politique en France qui va saisir une occasion en or pour infliger deux ans ferme au monde du travail en augmentant l’âge de la retraite de 60 à 62 ans, et enfin pour les masses dégénérées du monde entier dont le degré de dégénérescence mentale et intellectuelle va monter encore d’un cran.


    Sur la question de la dégénérescence mentale et intellectuelle des masses, il convient d’écarter deux malentendus lourds de conséquences. Le premier est que le phénomène de dégénérescence mentale et intellectuelle des hommes n’est pas une fatalité et il n’est nullement dû à une prétendue nature humaine immuable ou à un programme génétique qui prédestine les individus à devenir dégénérés mentalement et intellectuellement. La dégénérescence mentale et intellectuelle des sociétés capitalistes s’inscrit dans un projet et elle est le produit d’une volonté politique affirmée et imposée par les classes dominantes qui misent sur l’ignorance des êtres humains pour mieux les dominer. Le deuxième malentendu est que la dégénérescence mentale et intellectuelle des masses ne saurait être attribuée à une quelconque carence ou à une quelconque pénurie de savoirs existants, mais à une stratégie délibérée des classes dominantes visant à refouler les savoirs contestataires et la culture émancipatrice en ne laissant émerger dans l’espace social que les manifestations et les pseudo savoirs conformistes destinés à reproduire les rapports de domination et de soumission. Le sport en général et le football en particulier font partie d’une vaste machinerie politique qui englobe l’école, la famille, l’armée, la police, la rue, le livre, les bibliothèques, les mass medias, la science, la technique, la médecine, l’industrie culturelle de divertissement, l’université etc et qui n’a qu’un seul but: abrutir, dégénérer et décerveler.
    À l’occasion du Mondial du football qui est suivi et regardé par des dizaines des milliards d’êtres humains, à raison de 500 à 600 millions de téléspectateurs pour chaque match, il est urgent de lancer un SOS à l’ensemble de l’humanité, en faisant écho à la fameuse et dernière phrase du Manifeste du parti communiste « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! », « Dégénérés de tous les pays, Réveillez-vous ! »


    http://webzine.resistance.tk
     
  19. anarchOi

    anarchOi Comité auto-gestion Uploadeur Équipe technique Membre actif


    7 556

    98

    1,032

    4 Avril 2008
    United States
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    Carton rouge et noir pour la Coupe du Monde
    COUPE DU MONDE ... FRIC IMMONDE

    vendredi 11 juin 2010

    (traduction / adaptation d’une déclaration du front Anarchiste Communiste Zabalaza d’Afrique du Sud au sujet de la coupe du monde de foot)


    La Coupe du monde 2010 doit être exposée publiquement comme l’imposture absolue qu’elle est. Le Front Anarchiste Communiste Zabalaza (ZACF) condamne fermement l’audace et l’hypocrisie du gouvernement qui la présente cette occasion comme une opportunité unique "une fois seule dans sa vie » pour l’amélioration économique et sociale des personnes vivant en Afrique du Sud (comme sur le reste du continent). Ce qui est clair - à tel point que c’en est éblouissant - ce que cette « l’opportunité » a été et continue d’être celle de la gloutonnerie frénétique de l’élite dirigeante sud-africaine comme du capital national ou global. En fait la Coupe du Monde, si elle a un effet, il est probable que ce seront des conséquences dévastatrices pour les pauvres d’Afrique du Sud et pour la classe ouvrière - processus qui est déjà à l’oeuvre.

    En se préparant à accueillir la Coupe du Monde, le gouvernement a dépensé près de 800 millions de rands [soit plus de 85 millions d’euros] (757 millions pour le développement des infrastructures et 30 millions pour des stades qui ne seront plus jamais remplis après). C’est une immense gifle au visage de tous ceux qui vivent dans un pays caractérisé par une extrême pauvreté, avec près de 40% de chômage. Au cours des cinq dernières années, les travailleurs pauvres ont exprimé leur indignation et leur déception face à l’incapacité du gouvernement à corriger les inégalité sociales massives, organisant dans tous le pays plus de 8000 manifestations pour exiger les services de base [eau, électricité, santé, ...] et des logements. Cette répartition par l’Etat des dépenses est une preuve supplémentaire du mode de maintenance du modèle raté Capitaliste néolibéral et de sa politique économique du « ruissellement » [1], qui n’a fait d’approfondir les inégalité et la pauvreté globalement. En dépit d’affirmations contraires antérieures, le gouvernement a finit par le reconnaître en faisant vole face : il prétend maintenant qu’il n’a jamais été dans son intention que ce projet soit bénéficiaire [2].

    L’Afrique du Sud a désespérément besoin d’infrastructures publiques de grande échelle , en particulier dans le domaine du transport public qui est presque entièrement absent dans certaines villes, notamment à Johannesburg. Le « Gautrain », [sorte de RER] qui a été lancé mardi le 8 juin (juste à temps pour le grand événement) est probablement la plus grande ironie ici : dans un pays où la grande majorité des habitants dépend pour ses transport quotidiens de longue distance des taxis/mini-bus privés sans aucune condition de sécurité, le Gautrain offre grande vitesse, transport de luxe pour les touristes et pour ceux qui voyagent entre Johannesburg et Pretoria [distantes seulement de 54 km]... Mais qui peut se l’offrir, quand un simple aller entre l’aéroport et Sandton [ville du cente d’affaire de Johannesburg] vous coute déjà 100 rand [soit plus de 10 euros, le salaire moyen de ceux qui travaillent étant de 570 euros].. La même image se révèle partout : la compagnie des Aéroports d’Afrique du Sud (ACSA) a dépensé plus de 1,6 millions d’euros pour la mise au norme des aéroports, l’Agence nationale des routes sud-africaine, privatisée, (SANRAL) a dépensé plus de 2,3 millions pour un nouveau réseau de routes à péage... Tout cela justifiera la mise en œuvre de mesures d’austérité drastiques pour récupérer les millions dépensés dans ces infrastructures dont la plupart sont d’un intérêt nul pour les africains du sud pauvres [l’écrasante majorité du pays] Partout dans le pays, les municipalités se sont embarquées dans des schémas de rénovation urbaine ... accompagné de leurs inséparables programmes de « gentrification » (boboisation), le gouvernement tentant hâtivement de cacher sous le tapis la crue réalité de l’Afrique du Sud. Rien qu’à Johannesburg, ce sont plus de 15 000 personnes sans abri et des enfants des rues qui ont été raflés et jetés dans des « abris » ; au Cap la municipalité a expulsé des milliers de personnes des zones pauvres et des camps de squatters dans le cadre du projet « World Cup vanity » [« rendre la ville coquette pour la coupe du monde »]. La ville de Cape Town a tenté - en vain - d’expulser de leurs maisons les 10 000 résidents du bidonville Joe Slovo afin de les cacher aux yeux des touristes voyageant le long de l’autoroute N2. Ailleurs il ya eu des déportations pour faire place à des stades, à des parkings pour les touristes, ou à des gares [3]. A Soweto, les routes sont embellies le long des itinéraires touristiques et ceux de la FIFA (fédération internationale de foot), tandis que les écoles adjacentes exhibent toujours leurs fenêtres cassées et leurs bâtiments en ruine.

    Bien que de nombreux Sud-Africains ne sont toujours pas convaincus, d’autres sont inondées et emportés par le déluge de Propagande nationaliste visant à détourner l’attention du cirque qui est la Coupe du Monde. Chaque vendredi a été déclaré "journée du foot", dans lequel la « nation » est encouragée (et les écoliers forcé) à porter le t-shirt des Bafana-Bafana [l’equipe nationale de l’Afrique du sud]. Les voitures sont affublées de drapeaux, les gens apprennent la "diski-danse", qui est régulièrement démontrée dans tous les restaurants touristiques. Il est de rigueur d’acheter les poupées de la mascotte Zakumi. Quiconque ose exprimer un doute sur ce battage est dénigré comme antipatriotique : L’exemple le plus significatif a été l’appel lancé aux grévistes du Syndicat des transports (SATAWU) d’abandonner leurs revendications "dans l’intérêt national » [4]. Dans un contexte où près d’un million d’emplois ont été perdus au cours de la seule dernière année, les déclarations du gouvernement sur la création de plus de 400 000 emplois par la coupe du monde sont vides et insultantes. Les emplois qui ont été créés dans la foulée sont le plus souvent Précaire ou en CDD (contrats à durée déterminée), par des travailleurs qui ne sont pas syndiqués et qui sont rémunérés très en dessous du salaire minimum.

    En dehors de la répression contre les syndicats, les mouvements sociaux ont reçu la même hostilité de l’État, qui a officieusement mis une interdiction générale de toutes les protestations pendant la durée de l’événement. Jane Duncan, [de l’institut pour la liberté d’expression] a put démontrer que cette politique est à l’œuvre depuis le 1er mars dernier :

    Une enquête menée auprés des municipalités accueillant la Coupe du monde a révélé qu’une interdiction générale de tout rassemblement est en cours. Ainsi dans la municipalité de Rustenberg, « les rassemblements sont fermés pour la Coupe du Monde ». La municipalité de Mbombela été informée par la police nationale qu’ils ne permettront aucun rassemblement au cours de la Coupe du Monde. La conseil municipal du Cap a indiqué qu’il continuerait de recevoir les demandes pour l’organisation de marches, mais a indiqué que « cela pourrait être un problème » pendant la période de la Coupe du Monde. Selon Les municipalités de Nelson Mandela Bay et de Ethekwini, la police n’autorisera pas non plus les rassemblements pendant la période de la Coupe du Monde [5].

    Même s’il est clair que la constitution d’Afrique du Sud, souvent salué pour son caractère « progressiste » est loin d’être la garantie de liberté et d’égalité que prétend le gouvernement. Cette nouvelle forme de répression est clairement en contradiction avec le droit constitutionnel à la liberté d’expression et de réunion . Toutefois, les mouvements sociaux à Johannesburg, dont le Forum anti-privatisation et plusieurs autres n’ont pas renoncé si facilement. Ils ont obtenu une autorisation pour une marche de manifestation le jour même de l’ouverture, avec l’aide de la l’Institut pour la liberté d’expression (Freedom of Expression Institute). Toutefois, la marche devra se tenir à trois kilomètres du stade où elle n’attirera pas cette sorte d’attention des médias susceptible d’inquiéter le gouvernement.

    Non seulement l’état été d’une répression sévère sur les pauvres et sur toute activité ou manifestation anti-Coupe du Monde, le tout sous un déguisement qui dépeint l’Afrique du Sud comme un hôte tendant ses bras grands ouverts en invitation à ceux qui affluent vers ses hôtels haut de gamme, ses chambres d’hôtes et ses salons à cocktails, mais il le fait sous la direction de l’empire criminel légal de Sepp Blatter et ses amis appelé FIFA (admirablement dénommé THIEFA [le club des voleurs en anglais] par le Forum social de Durban). Non seulement ils attendent de la coupe 2010 des retombées de quelques 1,5 millions d’euros, mais ils ont déjà gagné plus de 1 million d’euros rien que des seuls droits de retransmission télé.

    Les stades et les zones autour des stades, qui ont été remis à la FIFA pour la durée du tournoi (« des cocons libres d’impôt », instaurant des zones contrôlées et surveillées par la FIFA et exonérés de l’impôt normal et des autres lois étatiques), y compris les routes et les points d’accès, ont été débarrassée de toute personne vendant des produits sans licence de ainsi que de ceux qui essaient de joindre les deux bouts dans les camps de squatters autour des routes de l’aéroport. Ainsi, ceux qui comptaient sur leurs ventes lors de la Coupe du monde pour augmenter leur revenu de survie sont laissés de côté dans le froid « ruissellement » libéral.

    La FIFA, en tant que propriétaire exclusif de la marque la Coupe du Monde et de ses produits dérivés, dispose d’une équipe d’une centaine d’avocats qui éclusent le pays pour traquer toute vente non autorisée de ces produits et pour surveiller la commercialisation de la marque. Les produits illégaux sont saisis et les vendeurs sont arrêtés en dépit du fait que la plupart en Afrique du Sud et sur le continent achetent leurs produits dans le secteur du commerce informel. Car très peu ont les 400 rands (40 euros) à craquer pour les T-shirts des équipes et autres engins. Les journalistes ont également été efficace ment bâillonnés, leur accréditation officielle incluant une clause d’agrément qui empêche les organisations de médias de critiquer la FIFA, compromettant ainsi clairement la Liberté de la presse [6].

    L’ironie majeure de cette histoire c’est que le football était à l’origine le jeu de la classe ouvrière. Aller regarder les matchs dans les stades était une activité bon marché et facilement accessible aux personnes qui choisissaient ainsi de passer 90 minutes en oubliant les corvées quotidiennes de leur vie sous la botte du patron et l’État. Aujourd’hui, le football professionnel et la Coupe du Monde apportera des bénéfices exorbitants pour une petite équipe de l’élite mondiale et nationale (avec des millions de dépenses inutiles surtout dans un moment de crise Capitaliste mondiale) qui font payer à leurs clients-spectateurs des milliers de rands, livres, euros, etc à chaque saison pour regarder d’écoeurant footballeurs surpayés tomber et plonger sur des terrains super-entretenus, et qui se chamaillent, par le biais de leurs agents parasitaires, pour savoir si ils sont dignes ou pas de leurs salaires mirobolants. Un jeu qui, à bien des égards, maintient sa beauté esthétique, a perdu son âme ouvrière et a été réduit à une autre série de produits destinés à être exploités.

    Bakounine [le fameux révolutionnaire anarchiste] a dit que « les gens vont à l’église pour les mêmes raisons qu’ils vont dans un bistrot : pour s’abrutir, pour oublier leur misère, pour s’imaginer être, pour quelques minutes, ailleurs, libres et heureux. ». Peut-être que nous pouvons dire la même chose du sport, avec ces drapeaux nationalistes agités aveuglement et les beuglement dans les trompes et autres vuvuzela, tellement cela semble plus facile d’oublier que de prendre part au combat contre l’injustice et l’inégalité.

    Mais nombreux sont ceux qui continuent le combat, et la classe ouvrière, les pauvres ainsi que leurs organisations ne sont pas aussi malléables aux illusions que le gouvernement voudrait le croire. Des constructions de camps de squatters temporaires aux portes mêmes des stades jusqu’au manifestations massives, des actions de grève générale - autorisée ou non - malgré les sarcasmes, les quolibets et les étiquettes « antipatriotique », la suppression de la liberté d’expression, nous ferons entendre avec défi nos voix pour dénoncer publiquement les inégalité terribles qui caractérisent notre société et les jeux mondiaux qui se jouent au détriment de la vie de ceux sur lesquels sont construits les empires qui seront, en fin de compte, détruits.
    A bas la Coupe du Monde !

    Phansi [à bas] la répression de l’État et le nationalisme qui nous divise !

    Phambili [vive] la lutte du peuple contre l’exploitation et les profits !

    Cette déclaration a été publiée par le Front Anarchiste Communiste Zabalaza

    http://www.resistance.tk
     
  20. VidéoPunk

    VidéoPunkAnarcho-Patate Membre actif


    770

    0

    0

    16 Mai 2010
    Re : je hais le FOOTBALL,..et vous?

    Héhé, les articles de Résistance, ils envoient du bois !

    Putain, ont aurait ce genre de thème traité de cette manière là à la téloche, les gens deviendrait tout de suite moins cons !

    Mais 'faut pas rêver... Les gens n'ont jamais compris l'Anarchisme, il ne savent même pas ce que c'est à la base, et de même pour le communisme. C'est pour ça qu'il ont l'impression que la démocratie, le libéralisme, la mondialisation, le capitalisme, toute cette merde, c'est ce qu'il y a de mieux, "par défaut".

    Euh... J'm'égare, là, non ?