Chargement...
Bienvenue sur Pirate Punk ! Pour participer à la communauté, il faut s'enregistrer ou se connecter.   Ⓐ//Ⓔ

Contre les voiles des religions

Discussion dans 'Débats politiques, activisme et luttes sociales' créé par blop, 11 Novembre 2019.

  1. blop

    blop Membre actif


    1 915

    972

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    Derrière chaque voile, 3000 ans de haine envers la femme qui nous regarde
    le février 13, 2019


    [​IMG]

    par Mohamed Kacimi, romancier algérien

    Le voile est commun aux trois religions monothéistes. Regard d’un écrivain algérien sur un signe religieux qui, selon lui, est un marqueur de soumission de la femme à l’homme.
    Depuis des années, tout le monde parle du voile, de plus en plus de personnes portent le voile, pas seulement à Bamako ou au Caire, mais aussi à Londres, Paris ou New York.
    Symbole religieux ou signe religieux ? Que signifie ce carré de tissus qui met la planète en émoi ?
    Intrigué par autant de questions, j’ai décidé de consacrer quelques semaines de mes vacances à compulser les livres d’histoire religieuse pour remonter aux racines du signe, pour ne pas dire du mal.
    Et là, en remontant au plus loin des traces écrites des civilisations antiques, en fouillant dans les annales des histoires sumériennes, j’ai découvert avec stupéfaction que le voile découle à l’origine d’une illusion optique.
    En effet, une croyance sémitique très ancienne attestée en Mésopotamie, considérait la chevelure de la femme comme le reflet de la toison pubienne !
    « Les prostituées ne seront pas voilées »
    Donc, il a fallu très tôt lui couvrir la tête, afin de lui occulter le sexe ! Cette croyance était si répandue dans les pays d’Orient, notamment en Mésopotamie, qu’elle a fini par avoir force de loi.
    Aussi, le port du voile est-il rendu obligatoire dès le XIIe siècle avant J.-C. par le roi d’Assyrie, Teglat Phalazar Ier : « Les femmes mariées n’auront pas leur tête découverte. Les prostituées ne seront pas voilées. »
    C’était dix-sept siècles avant Mahomet et cela se passait en Assyrie, l’Irak d’aujourd’hui.
    Dans la Bible hébraïque, on ne trouve aucune trace de cette coutume, cependant la tradition juive a longtemps considéré qu’une femme devait se couvrir les cheveux en signe de modestie devant les hommes.

    Le voile comme instrument de ségrégation pour l’Église

    Il faudra attendre l’avènement du christianisme pour que le voile devienne une obligation théologique, un préalable à la relation entre la femme et Dieu.
    C’est saint Paul qui, le premier, a imposé le voile aux femmes en avançant des arguments strictement religieux. Dans l’épître aux Corinthiens, il écrit :
    « Toute femme qui prie ou parle sous l’inspiration de Dieu, sans voile sur la tête, commet une faute identique, comme si elle avait la tête rasée. Si donc une femme ne porte pas de voile, qu’elle se tonde ; ou plutôt, qu’elle mette un voile, puisque c’est une faute pour une femme d’avoir les cheveux tondus ou rasés. »
    Et plus loin :
    « L’homme, lui, ne doit pas se voiler la tête : il est l’image et la gloire de Dieu, mais la femme est la gloire de l’homme. Car ce n’est pas l’homme qui a été tiré de la femme, mais la femme de l’homme, et l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme. Voilà pourquoi la femme doit porter sur la tête la marque de sa dépendance. »
    L’Église s’en servira à l’égard des femmes, pour les considérer comme des créatures inférieures par nature et selon le droit.
    On voit qu’à l’origine, le voile est utilisé comme un instrument de ségrégation qui fait de la femme un être inférieur, non seulement vis-à-vis de l’homme mais aussi de Dieu.
    Il est intéressant de noter que ce passage des Corinthiens est repris aujourd’hui par la plupart des sites islamistes qui font l’apologie du foulard.

    Et dans l’islam ?


    Sept siècles plus tard naît l’islam. Le Coran consacre au voile ces passages :

    « Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur étoffe sur leurs poitrines. » Coran (24 : 31)

    Enfin dans la sourate 33, Al-Ahzab (les Coalisés), au verset 59, il est dit :

    « Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles de grandes étoffes : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. » Coran (33 : 59)
    Sans vouloir être aussi pointilliste que les orthodoxes, je ferai remarquer que nulle part dans ces sourates, il n’est fait explicitement mention de voile (hijab) recouvrant le visage, cachant les cheveux et encore moins tout le corps.
    Dans la première sourate, le Coran appelle simplement les croyantes à recouvrir leurs poitrines. La très sérieuse Encyclopédie de l’Islam (éd. Leyde) apporte cette explication :
    « Dans l’Arabie préislamique, une coutume tribale voulait que durant les batailles, les femmes montent en haut des dunes et montrent leurs poitrines à leurs époux guerriers pour exciter leur ardeur au combat et les inciter à revenir vivants afin de profiter de ces charmes. »
    Le verset en question aurait été inspiré au Prophète pour instaurer un nouvel ordre moral au sein des tribus. Quant au deuxième verset, il a fait l’objet de maintes lectures et controverses, la plus intéressante étant celle d’un grand imam qui, à l’âge d’or de Bagdad, au IXe siècle, en fit cette originale lecture :
    « Le Seigneur n’a recommandé le voile qu’aux femmes du Prophète, toute musulmane qui se voilerait le visage se ferait passer à tort pour la sienne et donc sera passible de 80 coups de fouet. »
    Le voile est resté depuis le signe distinctif des riches citadines et demeura inconnu dans les campagnes où les hommes ne songeaient pas à voiler les femmes en raison des travaux qu’ils leur confiaient.
    Un avant et après "Révolution iranienne de 1979"
    C’est la Révolution iranienne de 1979 qui entraîne la généralisation du voile. Le hijab, innovation sortie tout droit de la tête des tailleurs islamistes, a supplanté dans les pays du Maghreb le haïk traditionnel, un carré de tissu blanc.
    Bien sûr, ce sont là les signes d’une société arabo-musulmane en crise, sans projet, sans perspectives, soumise à des régimes totalitaires et qui n’a pour unique espace de respiration, d’utopie, que la religion.
    Pierre Bourdieu expliquait que dans l’Algérie coloniale, l’homme colonisé renvoyait sur la femme toute la violence subie de la part du colonisateur. Désormais, l’homme musulman renvoie sur la femme tout le chaos que lui fait subir la crise planétaire.
    Dans ces pays sans libertés, l’islamisme fonctionne comme une eschatologie. Il efface toutes les aspérités de la vie pour ne faire miroiter que les plaisirs de "son vaste paradis".
    L’islam à l’origine : une religion d’État et de conquête
    Ici se pose également la question de la place de l’islam chez l’Autre. Contrairement au judaïsme qui s’est forgé dans l’exil, au christianisme qui s’est inventé durant les persécutions, l’islam est venu au monde comme une religion d’État et une religion de conquête.
    Il n’a pas été souvent minoritaire et la place qu’il a accordée aux autres religions n’a pas été un exemple de tolérance. Et qu’on en finisse également avec cette parité des signes religieux.
    À Rome ou à Jérusalem, on ne lapide pas ceux qui ont oublié leur croix ou leur étoile de David, en revanche, de Téhéran à Khartoum, de Kaboul à Casablanca, chaque jour des femmes sont violées, vitriolées, assassinées, fouettées ou licenciées parce qu’elles ne se sont pas couvert le visage et le corps.
    Le hijab est l’effacement et l’abolition virtuels de la femme. Tous les écrits fondamentalistes l’affirment, « le voile est obligatoire car il doit cacher la aoura (parties du corps) de la femme ».
    C’est-à-dire que tout son corps est perçu comme une partie honteuse. Le hijab joue la fonction que lui a assigné Paul, il y a deux mille ans : signifier à la femme en public qu’elle est un être inférieur, bonne à museler.
    Toute fille pubère est donc perçue comme une partie honteuse. Elle est éduquée pour se percevoir, depuis l’âge de 8 ans, comme un objet sexuel potentiel qui doit être dérobé aux yeux de la foule concupiscente.
    Derrière chaque voile, il y a trois mille ans de haine envers la femme qui nous regarde.
    - Source originale sur Slate Afrique sous le titre "Le voile, un symbole de 3.000 ans de machisme religieux". Publié sur Sisyphe avec l’autorisation de l’auteur que nous remercions.
    * Mohamed Kacimi, romancier algérien, auteur notamment de La confession d’Abraham (Ed Folio Gallimard - 2012)
    Source : Sisyphe - Derrière chaque voile, 3000 ans de haine envers la femme qui nous regardent
     
    HANDIKAPUNK, HNORD et celadrel aiment ça.
  2. blop

    blop Membre actif


    1 915

    972

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
  3. HNORD

    HNORD Membre actif


    1 855

    1 380

    19

    30 Mars 2017
    Homme
    picardie France
    0110 (1).jpg

    et la barbe cache-sexe ou exhibitionisme?
     
  4. celadrel

    celadrel Uploadeur Membre actif


    2 581

    874

    6

  5. blop

    blop Membre actif


    1 915

    972

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    "La barbe fait partie de la beauté et de la plénitude de l'apparence masculine......
    le fait de devoir garder la barbe devient caduque, puisque motivé par le seul fait de garder une apparence de "musulman" (yadûr ul-hukm ma'a dawrân il-'illa, wujûdan wa 'adaman)."
    Et je vous laisse lire les autres conneries du style Pourquoi le musulman garde-t-il la barbe ? - La maison de l'islam

    Par contre ce genre de chose est interdite dans les 3 religions monothéistes car impur ( comme ce qu'il y a au dessus et au dessous

    [​IMG]
     
    celadrel et HNORD aiment ça.
  6. HNORD

    HNORD Membre actif


    1 855

    1 380

    19

    30 Mars 2017
    Homme
    picardie France
    Merci pour l'article. En fait je ne retrouve plus un dessin qui a fait scandale dans le milieu religieux ( j'sais plus lequel, sont tous pareil), parcequ'il représentait la gorge et le menton d'un homme la tête en arrière ( comme sur la photo). En regardant bien un phallus se dessine
     
    celadrel apprécie ceci.
  7. blop

    blop Membre actif


    1 915

    972

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
  8. anarchOi

    anarchOi Comité auto-gestion Uploadeur Équipe technique Membre actif


    7 546

    78

    1,031

    4 Avril 2008
    United States
    Est-ce que quelqu'un a une copie du message que j'avais posté dans cette discussion il y a quelques jours ? Le message a été perdu à cause de la dernière panne du serveur.
    En théorie, si vous êtes abonnés aux notifications par e-mail, vous devriez avoir une copie du message dans votre boite de courriels
    J'ai une copie des réponses postées par Blop, mais j'ai perdu mon message initial
     
  9. blop

    blop Membre actif


    1 915

    972

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
  10. blop

    blop Membre actif


    1 915

    972

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    " Alors qu’il était marginal, voire quasi inexistant, l’islam radical, dont la forme la plus courante aujourd’hui est le salafisme, s’est largement répandu. Pour ces gentils anti-islamophobes, il s’agirait tout bonnement de considérer la religion musulmane avec la plus grande bienveillance parce que ce serait la religion des « opprimés ». Ils semblent oublier que la fonction même de toute religion est le contrôle social et, en l’occurrence, l’islam politique ne cesse d’affirmer partout sa vocation à contrôler au plus près la société qu’il entend régir......"
    "
    Ne pas perdre de vue ce rôle des religions nous semble indispensable. « Une religion est en effet un ensemble de croyances métaphysiques qui portent en elles des règles de vie bien précises, basées sur la tradition et la morale, auxquelles l’individu doit se soumettre. Il s’agit d’un rapport social, une forme de mise au pas de chaque individu et des masses dans leur ensemble. Elle recouvre en outre un rôle de justification du pouvoir, de garant de la tradition et de l’ordre établi, plus généralement d’une certaine « pacification » sociale. Cela à travers une interprétation organiciste de la société, une exaltation des hiérarchies, le refus de l’autonomie individuelle. Souvent la religion est aussi un moyen de diriger la conflictualité sociale vers des cibles fictives, ou de la brider en faisant miroiter un paradis futur. Le paradis, ce triste mensonge qui garantit la paix pour les puissants, ici et maintenant.

    En donnant un espoir dans la transcendance, la religion étouffe la plupart des poussées révolutionnaires des exploités ici-bas et maintenant. Ainsi et précisément le fond du problème de la religion c’est que “l’idée de divinité est la base conceptuelle de l’autorité et sa contrepartie, la foi, celle de l’acceptation de la servitude » Si la foi et les interrogations métaphysiques sont affaires personnelles et qu’on peut se trouver au coude à coude dans une lutte avec quelqu’un qui se dit croyant sans que cela pose problème, nous voulons pouvoir affirmer haut et fort que nous sommes athées.

    Affirmer notre athéisme et critiquer toutes les religions est indissociable de nos positions politiques et nous entendons librement pratiquer tant le blasphème que la dénonciation, au minimum, des pratiques religieuses et/ou coutumières coercitives, mutilantes ou humiliantes, ainsi que le statut inférieur assigné aux femmes par toutes les religions monothéistes (pour les autres, on verra une autre fois).

    Enfin, précisons que, pour nous, il n’existe que deux classes, celle du capital et celle du travail. Même si, au sein de la classe exploitée, certains sont plus exploités que d’autres en raison de leur sexe et de leur origine, ils ne constituent pas une classe, ils en sont des segments créés par le pouvoir et les exploiteurs. La pensée bourgeoise, ( existe -t -il une puissance de la pensée ? ) Quel que soit son supposé bord politique, trouve là un moyen de diviser le prolétariat, de stimuler la concurrence entre les travailleurs et d’endiguer ainsi les luttes sociales. Parce que toute division de la classe du travail ne fait qu’affaiblir sa capacité de lutte et que la segmenter pour mieux la diviser permet à la classe du capital, particulièrement en période de crise, de jouer sur la concurrence de tous contre tous .L’unité n’est pas le moyen de la lutte mais son enjeu ? Ce n’est pas par l’anti-racisme qu’on combat le racisme mais par la lutte des classes. ’ Si l’on en est au point où « Penser avec la race devient un impératif incontournable » et que « tout refus de ce vocabulaire et de ce qu’il charrie sera systématiquement considéré comme de la dénégation, voire du déni, et tombera sous le coup du dispositif accusatoire »cela ferait des racistes de ceux qui, comme nous, n’adhèrent pas à cette vision. A la limite du supportable !"

    Le véritable antiracisme – Info Libertaire
     
  11. AAKUAN

    AAKUANMisanthrope Uploadeur Membre actif


    197

    19

    102

    31 Janvier 2012
    France

    Un peu hors sujet ici mais il faut le dire parce que la sa ne va pas.
    Quelle mépris car ici c'est l'hôpital qui se fou de la charité.
    Sa parle de division entre les travailleurs du prolétariat mais
    silence radio sur les chômeurs, rsiste, invalide, avec le minium vieillesse, handicapés, sdf, marginal et autre prolétariat non inclus dans le travail.
    Toujours cette fascination du prolétariat actif
    et le silence complet sur les autres formes de pauvretés.
    En gros si tes pauvres, sans capital mais que ta pas de taff t'existe pas pour cette pseudo lutte des classes. A vomir.
     
  12. blop

    blop Membre actif


    1 915

    972

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    " les chômeurs, rsiste, invalide, avec le minium vieillesse, handicapés, sdf, marginal et autre prolétariat non inclus dans le travail." " ils ne constituent pas une classe, ils en sont des segments créés par le pouvoir et les exploiteurs."
    "il n’existe que deux classes, celle du capital et celle du travail." dont dans la second classe ( dite du travail) " les chômeurs, rsiste, invalide, avec le minium vieillesse, handicapés, sdf, marginal et autre prolétariat non inclus dans le travail." qui ne sont pas en eux mêmes une classe mais une partie de cette classe ( "un segment")

    Et ce que le texte critique dans l'anti racisme, tu le fais là avec " les chômeurs, rsiste, invalide, avec le minium vieillesse, handicapés, sdf, marginal et autre prolétariat"
    "Parce que toute division de la classe du travail ne fait qu’affaiblir sa capacité de lutte et que la segmenter pour mieux la diviser"

    En gros pour eux, il y a deux classes, les capitalistes et leurs affiliés et les autres qui sont les victimes, le peuple, les dominés et tout ce que tu veux

    Quand tu parles des invalides ou des handicapés, ils peuvent être du côté capitaliste ou en face.
    Un milliardaire se plante avec sa porshe, il fini tétraplégique.
    Toi tu vas voir l'handicapé à aider alors que d'autres verront le capitaliste à combattre

    Dans le cas des LGBT, c'est pareil.
    Il y a des LGBT qui sont anars et d'autres qui sont neo nazis ou capitalo ou..... pas du côté des anars.

    C'est pour ça que je trouve pas mal ce texte , c'est unir plutot que diviser avec des petites gueguerre de chapelles

    Il faut aussi noter que je n'ai mis là que des extraits du texte d'origine qui est bien plus long
     
    Dernière édition: 2 Novembre 2020
  13. blop

    blop Membre actif


    1 915

    972

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    Ce texte est bien plus complexe que ce que tu veux le faire croire en te focalisant sur un petit point d'une phrase et ton jugement lapidaire sur cet infime petit point démontre juste un procès d'intention qui est totalement hors sujet.
    Commences peut être par le lire dans son intégralité
     
  14. AAKUAN

    AAKUANMisanthrope Uploadeur Membre actif


    197

    19

    102

    31 Janvier 2012
    France
    C'est pour sa que j'ai précisés que c'était hors sujet.
    Et ou tu voit que je veut faire croire que ce texte n'est pas complexe ?
    J'ai juste dit que j'était pas d'accord sur cette partie et cela ne veut pas dire
    que je n'ai pas lu le reste. Je ne voit pas pourquoi on devrait en faire abstraction tout cela
    parce que c'est seulement une petite partie du texte.
    Pour l'instant je ne suis toujours pas convaincu que ce texte parle du prolétaria
    non inclus car sa met le point sur la classe de travail et de concurrence entre les travailleurs.
    Par classe exploité le texte ne précise pas que sa pourrais être aussi des gens hors de l'emplois.
    Si toi qui le comprend comme sa et moi je le comprend autrement.

    Pourquoi tu part comme sa ? C'est toi ou un des tient qui l'as écris ?
     
  15. Dreamea

    Dreamea Membre actif


    1 025

    144

    15

    6 Février 2019
    France Japan
    Faut pas en vouloir à blop, il veut devenir fakir mais il débute encore, ce qui peut le rendre irritable pour un rien
     
  16. blop

    blop Membre actif


    1 915

    972

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    Non, il n'est pas de moi.
    Il pose une réelle problématique dans les luttes anti racistes, la division de luttes ou la segmentation des luttes pour reprendre le terme du texte.
    Et si je le défend, c'est( qu'il propose une analyse que je trouve sympa sur l'antiracisme .
    Je n'ai aucune envie de combattre pour l'islam ou toute autre religion, je suis contre toutes les religions . Je préfère me battre pour l'égalité totale entre les êtres humains.

    Sur ton hors sujet Se concentrer sur une problématique commune plutôt que de se disperser dans des petites luttes qui divisent est pour moi indispensable .
    Je n'ai aucune envie de défendre les gays ou les lesbiennes mais le droit de choisir sa sexualité
    Défendre les chomeurs, rsistes, SDF.... spécifiquement en tant que sous groupe des opprimés ne m’intéresse pas , je préfère lutter pour le communisme libertaire
    Pour moi, il y a des autoritaires ( état, capital, chef , police armée etc....) qui sont à combattre et des victimes de l'autoritarisme.
    Pour toi, il faudrait défendre des sous groupes d'individus.
    Comme dit au dessus, tu fais quoi d'un handicapé chomeur sdf qui serait un gros nazi?
    Ou un milliardaire handicapé Ou....
    Je combattrai un handicapé nazi parce qu'il est nazi son handicap n'a rien à faire dans ma réflexion

    Pourquoi tu pars comme ça?
    "Quelle mépris car ici c'est l'hôpital qui se fou de la charité."
    "A vomir."
     
    Dernière édition: 2 Novembre 2020
  17. AAKUAN

    AAKUANMisanthrope Uploadeur Membre actif


    197

    19

    102

    31 Janvier 2012
    France
    Mais WTF ou j'ai dit qu'il fallait défendre des groupes précis ?
    J'ai plutot dit qu'il faudrait arrêtés de se centrés seulement sur les travailleurs ( (Le contraire marche aussi)
    mais aussi sur le reste. Justement pas dans la division.

    Non mais le pire c'est que je suis d'accord avec le message général de l'article.
    mais quant j'arrive a la fin du texte jme dit merde est-ce que sa parle vraiment de tout le prolétaria
    ou simplement des travailleurs ? La jme dit qu'il y a un problème.

    Et ou j'ai dit qu'il n'y avait pas d'handicapés nazi ou dans d'autre tendance de merde ?
    Bien sur que tout les fafs sont a combattre quelque soit le status social.
     
  18. blop

    blop Membre actif


    1 915

    972

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    "On retrouve ici l’idéologie victimaire qui assigne non seulement des individus et des groupes à des identités (les femmes, les « racisés », etc.)"
    ou les handicapés , les SDF, avec le minium vieillesse, handicapés, sdf, marginal et autre prolétariat non inclus dans le travail,
    "dans des statuts figés de victimes et d’opprimés dont il ne faudrait pas critiquer les choix et les pratiques, même les plus réactionnaires."

    " ’évolution de cette tendance s’inscrit dans un contexte de crise économique, marquée par le développement du chômage de masse, d’attaques sur les salaires mais aussi de recul des politiques sociales de l’Etat." qui pénalisent les handicapés , les SDF, avec le minium vieillesse, handicapés, sdf, marginal et autre prolétariat non inclus dans le travail,

    " Cela à travers une interprétation organiciste de la société, une exaltation des hiérarchies, le refus de l’autonomie individuelle. Souvent la religion est aussi un moyen de diriger la conflictualité sociale vers des cibles fictives"

    "Enfin, précisons que, pour nous, il n’existe que deux classes, celle du capital et celle du travail. Même si, au sein de la classe exploitée, certains sont plus exploités que d’autres"
    les handicapés , les SDF, avec le minium vieillesse, handicapés, sdf, marginal et autre prolétariat non inclus dans le travail,
    en raison de leur sexe et de leur origine, ils ne constituent pas une classe, ils en sont des segments créés par le pouvoir et les exploiteurs. La pensée bourgeoise, ( existe -t -il une puissance de la pensée ? ) Quel que soit son supposé bord politique, trouve là un moyen de diviser le prolétariat, de stimuler la concurrence entre les travailleurs et d’endiguer ainsi les luttes sociales."

    La réponse à tes interrogations est dans le texte et c'est très clair, du moins pour moi
    Les parties soulignées sont ajoutées pour que tu comprenne mieux que tu es en train de faire un procès d'intention et oui le texte ne parle pas implicitement des handicapés , les SDF, avec le minium vieillesse, handicapés, sdf, marginal et autre prolétariat non inclus dans le travail,
    Pour la simple et bonne raison que ce n'est pas le sujet de l'article
     
  19. AAKUAN

    AAKUANMisanthrope Uploadeur Membre actif


    197

    19

    102

    31 Janvier 2012
    France
    Bon la c'est bon tu m'as fait comprendre que j'ai des gros problème de compréhension
    et que j'ai attaqués le texte parce que je l'ai mal compris.
     
  20. celadrel

    celadrel Uploadeur Membre actif


    2 581

    874

    6

    en fait le prolétariat c'est un groupe de personne au sens tres large où des problèmes spécifiques à tel individus peuvent se rajouter.
    ce n'est pas un texte total comme pourrait etre un manifeste (avec toutes les critiques que l'ont peut faire) mais une refléxion sur l'antiracisme (et on peut le transposer sur d'autres problemes -l'homophobie, le validisme ...- même ,si je pense que ces derniers sont plus un problème sociétal alors que le racisme n'est pas qu'un problème sociétal mais un problème de logique capitaliste
    je remet le texte ici
    Le véritable antiracisme – Info Libertaire
     

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 20)

  1. freedomcat
  2. JimmyJazz
  3. skamérakassé
  4. me cago en dios
  5. Médias Dissidence
  6. Prisunic
  7. anarchOi
  8. blop
  9. celadrel
  10. KANAL
  11. HNORD
  12. Dreamea
  13. Anarcycliste
  14. M.A.C.
  15. totof41
  16. Bernard Black
  17. AAKUAN
  18. rancid17
  19. HANDIKAPUNK
  20. miro
Chargement...
Discussions similaires - Contre voiles religions
  1. nico37
    Réponses:
    0
    Affichages:
    48
  2. blop
    Réponses:
    0
    Affichages:
    326
  3. litovskpunx
    Réponses:
    0
    Affichages:
    1 912
  4. Lhirsute
    Réponses:
    4
    Affichages:
    5 325
  5. quico
    Réponses:
    1
    Affichages:
    2 318
  6. anarchOi
    Réponses:
    0
    Affichages:
    2 295
  7. Lerat
    Réponses:
    1
    Affichages:
    1 845
  8. PapaSchultz
    Réponses:
    1
    Affichages:
    4 218