Chargement...
Bienvenue sur Pirate Punk ! Pour participer à la communauté, il faut s'enregistrer ou se connecter.   Ⓐ//Ⓔ

Que lisez-vous ?

Discussion dans 'Discussion générale' créé par Nyark nyark, 10 Novembre 2008.

  1. celadrel

    celadrel Uploadeur Équipe technique Membre actif


    6 366

    1 879

    48

  2. skamérakassé

    skamérakassé Uploadeur Membre actif


    2 084

    376

    174

    22 Septembre 2014
    Femme
    France
  3. Fabien CZEKAJ

    Fabien CZEKAJ Membre actif


    251

    67

    0

    11 Juillet 2021
    Homme
    Grand Est, France
    Bonjour à tous, en ce moment je me suis replongé pour la troisième ou quatrième fois dans "le livre tibétain de le vie et de la mort", un livre que je relis à différentes époques de ma vie et je vous conseille "Emma Goldman-vivre ma vie, une anarchiste au temps des révolutions" un pavé de plus de mille pages aux éditions "l'échappée", un régal. Bonnes lectures
     
    skamérakassé apprécie ceci.
  4. Fabien CZEKAJ

    Fabien CZEKAJ Membre actif


    251

    67

    0

    11 Juillet 2021
    Homme
    Grand Est, France
    Merci.
     
  5. skamérakassé

    skamérakassé Uploadeur Membre actif


    2 084

    376

    174

    22 Septembre 2014
    Femme
    France
    L'article de médiapart, en entier :

    Les maltraitances animales
    peuvent signaler des violences domestiques :


    "Des hommes violents envers leur femme et leurs enfants le sont aussi envers les animaux du foyer.

    Ce lien, méconnu en France, apparaît régulièrement dans les affaires traitées par la justice. Il pourrait servir au dépistage des violences domestiques et à la mise à l’abri des victimes.
    Mai 2018, à Rennes.
    Un homme de 27 ans, ivre, débarque chez sa compagne. Il veut voir son fils, né quelques jours plus tôt. Mais le bébé est resté à l’hôpital. Le père s’énerve, frappe la jeune femme de 19 ans à coups de pied, puis la blesse avec un couteau. Le mois suivant, l’agresseur est condamné à trois ans et demi de prison.
    L’enquête révèle qu’il lui arrive aussi d’être cruel avec des animaux. Un jour, en pleine scène de violence conjugale, il tord le cou du chaton de la maison et l’éventre en le jetant sur le coin de la table.
    Il n’est pas rare qu’un homme violent envers sa famille le soit aussi envers les animaux du foyer.
    « Les violences sur les animaux sont des marqueurs de violence sur les humains. Cela fait longtemps déjà que la littérature scientifique le montre », souligne Laurent Bègue-Shankland, professeur de psychologie sociale à Grenoble et auteur de L’Agression humaine (Dunod, 2015). Peu connu de ce côté-ci de l’Atlantique, le continuum de violences envers les animaux et envers les humains a été théorisé et largement étudié dans les pays anglo-saxons, États-Unis et Canada en tête.
    Généralement inaperçu, ce lien apparaît régulièrement dans les affaires de violence traitées par la justice.
    « Nous le constatons chaque année, lors des dizaines de procédures pour cruauté envers les animaux où nous nous constituons partie civile », détaille Reha Hutin, présidente de la fondation 30 millions d’amis.
    Un exemple ? Cet homme de 38 ans, habitant Landrévarzec dans le Finistère, condamné à un an de prison pour des violences sur sa compagne et sur sa fille en mars 2019, et également poursuivi pour sévices graves sur des animaux. Habitué à bousculer, à frapper sa compagne et à la menacer de mort, l’agresseur s’en était également pris à leur enfant de 14 ans. Alors qu’elle tentait de protéger sa mère, il l’avait lancée contre un meuble.
    Un mois plus tôt, lors d’une scène de violences conjugales, il avait tué la tortue et le poisson de la maison, et jeté le lapin, après l’avoir sorti de sa cage.
    Les violences contre les animaux s’inscrivent pleinement dans le patriarcat.
    Comment expliquer que la cruauté envers les animaux et la violence domestique soient régulièrement liées ? Ces violences relèvent en fait du même mécanisme.
    L’enjeu, c’est la domination des êtres vulnérables. « Il s’agit d’un être vivant qui en prend d’autres pour des objets, constate Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA (Société protectrice des animaux).

    L’agresseur veut se sentir tout-puissant lors de combats dont il sait qu’il sortira vainqueur. » Le monde entier est son terrain de jeu. Il a tous les droits sur les corps des autres : celui de sa femme, de ses enfants et des animaux.

    Dorothée Dussy, anthropologue, spécialiste de l’inceste et autrice de l’ouvrage Le Berceau des dominations (Éditions La Discussion, 2013), a pris l’habitude de poser la question des maltraitances animales aux victimes avec lesquelles elle s’entretient. « Je me suis rendu compte lors d’ateliers collectifs que le thème revenait souvent, rapporte-elle. Cela n’arrive pas dans toutes les familles incestueuses, mais c’est assez courant.
    Ce n’est pas étonnant. L’agresseur montre qu’il peut abîmer à loisir tout ce qu’il considère comme subalterne. »
    « Les violences contre les animaux s’inscrivent pleinement dans le patriarcat, appuie Bénédicte de Villers, docteure en philosophie, autrice d’une étude fouillée sur ce sujet. Il s’agit de démontrer la supériorité de l’homme, de rappeler que c’est lui le dominant, c’est lui qui dirige. » L’association de protection des animaux One Voice relève dans une analyse à propos des liens entre cruauté envers les animaux et violences contre les personnes que « près des trois quarts des femmes victimes de violences, parmi celles ayant un animal de compagnie, déclarent que leur agresseur les a menacées de blesser ou de tuer leur animal ».
    La violence exercée sur les animaux domestiques est un moyen très efficace pour terroriser la famille.
    « Un homme violent qui maltraite aussi les animaux domestiques sous-entend plusieurs choses, décrypte une accueillante de la Maison plurielle, lieu belge d’accompagnement de femmes victimes de violences.
    À savoir : “Je sais ce qui est important pour toi et je le détruis” et “ce que je lui fais, je peux te le faire aussi”. Et si la femme a trois chatons, l’agresseur choisira sciemment de faire mal à son préféré. »
    Dorothée Dussy cite l’histoire d’une femme victime d’inceste dont le père éviscère le chien de la maison sur la table, au cours d’un repas familial, parce qu’il n’a pas été entendu au moment où il demandait du pain. Chacun·e intériorise alors que l’agresseur est capable de cruauté radicale.
    Mais aussi que personne n’intervient pour sauver la victime. « Quand le patriarche maltraite l’animal de la famille, il y a réellement un contenu pédagogique pour les témoins : ils apprennent à avoir peur et à rester passifs face à l’exercice de la violence. »
    De leur côté, les agresseurs peuvent se sentir confortés par les très rares (et très faibles) peines dont ils écopent quand ils s’en prennent à des animaux. « Si le type a un casier vierge, il a droit à une réprimande du tribunal et une simple contravention, retrace Reha Hutin. Pour condamner pour cruauté, il faut prouver l’intentionnalité de l’agresseur. Le prévenu dit simplement qu’il n’avait pas l’intention et il est tranquille. Il reçoit le message qu’il peut continuer à être violent en toute impunité. »
    Une meilleure détection des violences grâce aux animaux
    Penser le lien entre les deux types de violence, même s’il n’est pas systématique, permettrait aux services de protection animale et d’aide sociale d’articuler leurs interventions, et de « se donner une chance supplémentaire de repérer les violences intrafamiliales », pense Laurent Bègue-Shankland. Depuis 2015, de nombreux États américains ont mis en place un partage d’informations : police, services de protection des animaux, vétérinaires et services sociaux se transmettent réciproquement des notifications en cas de suspicion de maltraitance envers des animaux ou des personnes. « Il y a certainement des enjeux éthiques importants et des garanties à offrir pour que ces données personnelles sensibles soient utilisées en conformité avec le droit des personnes », ajoute Laurent Bègue-Shankland.
    Au Royaume-Uni, les services de travail social se servent aussi de cet outil. Lors des entretiens avec les familles où des violences sont suspectées, ils posent des questions telles que : « Y a-t-il des animaux dans le foyer ? Comment chaque membre du foyer traite-t-il l’animal ? Craignez-vous que quelque chose puisse arriver à cet animal ? » C’est intelligent, estime Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA, par ailleurs ancien officier de police judiciaire, car « un enfant, qui aura énormément de mal à dénoncer les violences commises par un parent, pourra dire plus facilement que l’animal de la famille est maltraité. Pour les professionnels qui l’écoutent, ce sera un signal ».
    En France, où deux foyers sur trois possèdent un animal de compagnie, ces pratiques ne sont que balbutiantes. « Quand on récupère un animal maltraité dans une famille, la police nous accompagne systématiquement, explique Reha Hutin. Par le biais des animaux, on arrive à entrer dans des foyers auxquels les autorités n’auraient pas accès. On alerte automatiquement les services sociaux. Après, à chacun de faire son travail. » Jacques-Charles Fombonne est certain que les collaborations pourraient aller plus loin : « En France, on estime trop que ce qui se passe dans l’intimité des maisons ne regarde pas les autres, renchérit-il. Et les autorités, les services sociaux et les associations sont encore trop frileuses pour partager des informations. »
    Les animaux ne peuvent d’ailleurs pas uniquement être considérés comme des sentinelles.
    Pourtant, des interventions coordonnées et précoces, avant la judiciarisation des dossiers, auraient beaucoup de valeur, pense Bénédicte de Villers, qui constate aussi que chacun a besoin « de dépasser de solides préjugés ». Du côté des associations de protection animale, beaucoup pensent que les violences domestiques n’ont lieu que dans les milieux précaires. Et dans les services sociaux circule encore l’idée que s’intéresser aux animaux risquerait de faire oublier les femmes et les enfants. « Mais aujourd’hui, je crois que le contexte est propice, poursuit Bénédicte de Villers. De plus en plus de mouvements inclusifs rapprochent féminisme et écologie. Les humains comprennent qu’ils n’ont rien à perdre à accorder de l’attention aux animaux. Il ne s’agit pas de choisir, au contraire. »
    En Belgique, à la Maison plurielle, l’équipe interroge systématiquement les femmes à propos de leurs animaux domestiques : « Elles n’osent pas en parler, car elles ont peur qu’on les trouve ridicules. Pourtant, l’animal peut réellement les empêcher de quitter leur domicile. Elles craignent qu’il soit tué après leur départ. Cette relation est importante pour elles, elle les maintient parfois en vie. »
    En France, contrairement aux États-Unis ou au Canada, il n’existe pas de foyers d’hébergement de femmes victimes acceptant aussi leurs animaux. Il faudrait aussi que les associations protectrices d’animaux soient mobilisées dès que la mise à l’abri d’une personne est décidée, suggère Bénédicte de Villers : « Aujourd’hui, a-t-on les moyens de promettre à un enfant que s’il dénonce son père violent et quitte son foyer, son chat sera récupéré ? Non. Les animaux doivent être recueillis. Et ils ne peuvent d’ailleurs pas uniquement être considérés comme des sentinelles, encore une fois instrumentalisés selon nos besoins d’humains. »
    Porter davantage d’attention aux animaux est efficace pour mieux dépister les violences domestiques, croit sincèrement la chercheuse. Mais elle tient à recontextualiser cet outil : « À chaque féminicide, on s’aperçoit que la femme tuée avait déjà alerté, signalé, parfois porté plainte. Pourquoi ne commence-t-on pas par écouter les femmes ? »

    IMG_20210717_145119.jpg

    Les maltraitances animales peuvent signaler des violences domestiques
     
  6. Fabien CZEKAJ

    Fabien CZEKAJ Membre actif


    251

    67

    0

    11 Juillet 2021
    Homme
    Grand Est, France
    La violence reste tout simplement à bannir, elle ne mène à rien, je suis pour une forme de pacifisme, même si les résultats semblent plus long à se faire sentir. Mais le pacifisme peut parfois être plus violent que la violence elle-même, surtout pour les personnes qui cherchent à la détruire. Il faut garder espoir.
     
  7. blop

    blop Membre actif


    4 024

    1 880

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    Pourquoi bannir la violence?
    C'est un outil de lutte qui fait partie de la panoplie d'actions du militant
    La violence doit être utilisée en dernier recours mais s'interdire d'y recourrir, c'est avoir perdu
    Essaie donc le pacifisme avec des gros bones neo nazis , tu en reviendras
    Quand à garder espoir quand on va vers l’extinction de l'humanité , c'est pas mon cas
     
    KANAL apprécie ceci.
  8. Fabien CZEKAJ

    Fabien CZEKAJ Membre actif


    251

    67

    0

    11 Juillet 2021
    Homme
    Grand Est, France
    Je suis d'accord avec toi, mais la violence reste à proscrire si possible et n'être utilisée qu'en dernier recours, même si j'ai parfois moi-même du mal à y croire.
    Et l'espoir est très important pour moi, on est certes dans une situation catastrophique mais si il n'y a plus d' espoir, on est foutu(e)s, c'est ce que je pense.
     
  9. blop

    blop Membre actif


    4 024

    1 880

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    L'espoir n'a pas de sens pour moi
    Quand on est dans la merde, il faut s'en sortir rester sans rien faire en espérant ne sert à rien .
    Ca fait 40 ans que j'ai compris qu'on va dans le mur et depuis , on ne fait qu’accélérer pour y aller plus vite.
    Nous sommes en route vers la 6eme extinction de masse
    Dans les 10 ans qui viennent nous allons connaitre des famines, des guerres, des chocs de civilisation, des réfugiés .... comme jamais en France et dans le monde
    On ne peut ( et surtout personne en occident ne veut le voir) plus rien faire pour arrêter ce phénomène, on peut juste le ralentir
    Je n'ai aucune confiance dans les techniques modernes, dans nos édiles comme dans les humains lambda
    Je n'ai aucune empathie pour plus de 80% de l'humanité qui vie avec " l'espoir que la science nous sauvera" , ce sont les nouveaux croyants.
    Je me prépare juste à survivre avec le maximum de personnes, le reste crèvera et ce n'est pas mon choix
    Certains diront que je suis désespéré, noir etc, je suis juste coscient que l'humanité va en chier et je pense à sauver ma peau et celle des miens
    Il n'y a plus rien à espérer et on est foutus
     
    KANAL apprécie ceci.
  10. Fabien CZEKAJ

    Fabien CZEKAJ Membre actif


    251

    67

    0

    11 Juillet 2021
    Homme
    Grand Est, France
    Je comprends tout à fait ton état d'esprit, mais je ne peux me résoudre à vivre sans espoir. En tant qu' humanité, on est vraiment "à chier", mais quand tu es seul avec quelqu'un et que tout deux vous laissez "tomber le masque", les gens, en individuels, sont fantastiques.
     
  11. blop

    blop Membre actif


    4 024

    1 880

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    Je ne le nie pas
    Je rencontre plein de gens fantastiques et ils n'ont pas de masques, ils sont ce qu'ils sont et c'est bien comme ça
    Même sur des forums , j'ai accroché avec des gens qui ne mettent pas de masque et quand je les ai vu en vrai, je n'ai jamais été déçu alors que je ne les avais jamais vu avant d'aller chez eux ou de les voir chez moi
    J'aime beaucoup les gens "entiers"
     
    Fabien CZEKAJ apprécie ceci.
  12. celadrel

    celadrel Uploadeur Équipe technique Membre actif


    6 366

    1 879

    48

  13. Fabien CZEKAJ

    Fabien CZEKAJ Membre actif


    251

    67

    0

    11 Juillet 2021
    Homme
    Grand Est, France
    Je suis tout à fait d'accord avec toi, j aime beaucoup les personnes "entières".
     
    blop apprécie ceci.
  14. Fabien CZEKAJ

    Fabien CZEKAJ Membre actif


    251

    67

    0

    11 Juillet 2021
    Homme
    Grand Est, France
    Merci.
     
  15. blop

    blop Membre actif


    4 024

    1 880

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    Tu n'as pas à me remercier , c'est ma façon de voir
    On a juste, sur ce point, la même vision des choses
     
  16. Fabien CZEKAJ

    Fabien CZEKAJ Membre actif


    251

    67

    0

    11 Juillet 2021
    Homme
    Grand Est, France
    OK, ben "pas merci" alors
     
  17. celadrel

    celadrel Uploadeur Équipe technique Membre actif


    6 366

    1 879

    48

  18. celadrel

    celadrel Uploadeur Équipe technique Membre actif


    6 366

    1 879

    48

  19. blop

    blop Membre actif


    4 024

    1 880

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
  20. blop

    blop Membre actif


    4 024

    1 880

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 61)

  1. celadrel
  2. acojonavirus
  3. moa_sir
  4. badsepuku
  5. KANAL
  6. blop
  7. Funky!1312
  8. solublex30
  9. allain
  10. Médias Dissidence
  11. Tartiflex
  12. AAKUAN
  13. M.A.C.
  14. K-wët
  15. Zonard des étoiles
  16. wharf
  17. stevens alan
  18. Lareplik
  19. Ambre1904
  20. freedomcat
  21. Korkikrac
  22. Haru
  23. SS.Homdouangchay
  24. Bernard Black
  25. JimmyJazz
  26. Crayon
  27. glub
  28. ravachol59
  29. dawa
  30. Psychozag
  31. me cago en dios
  32. ebola
  33. HNORD
  34. Tikia
  35. dovik
  36. Catnar62
  37. casualrecords
  38. kibab
  39. loik44470
  40. jhieronimas34
  41. Caboche
  42. davimeta
  43. AlanArchy
  44. jp31
  45. kony
  46. skamérakassé
  47. ninaa
  48. Fabien CZEKAJ
  49. kibave
  50. juan1312
  51. Dreamea
  52. cedau77370
  53. jardipunk
  54. miro
  55. nico37
  56. Mireille
  57. Rim
  58. Statickiller
  59. Kurodaikon
  60. Bloomyves
  61. allpower
Chargement...