Chargement...
Bienvenue sur Pirate Punk ! Pour participer à la communauté, il faut s'enregistrer ou se connecter.   Ⓐ//Ⓔ

qu'avez vous écouté aujourd'hui?

Discussion dans 'Divertissement & hors-sujet' créé par old seb, 25 Décembre 2008.

  1. Bernard Black

    Bernard Black Membre actif


    406

    25

    264

    20 Avril 2017
    France
    Le meilleur album de 2019 : The Evolution Of Combat, par Physique, un groupe d'Olympia (USA)

     
  2. freedomcat

    freedomcat Membre actif


    340

    19

    75

    Trojan Records : quand punk et reggae se rencontrent.

    ... "...Trojan Records : retour sur la résonance de la musique jamaïcaine à travers l'histoire de ce label légendaire avec le DJ et réalisateur Don Letts, la chanteuse Hollie Cook et le musicien Blundetto.

    Don Letts, DJ, réalisateur, activiste, figure vivante du mouvement reggae et punk londonien, retrace cette histoire musicale jamaïcaine, populaire et légendaire, de Desmond Dekker aux Maytals, en passant par Bob Marley and the Wailers.

    A ses côtés, l'artiste français Max Guiguet, alias Blundetto, sur qui la rencontre entre la culture jamaïcaine et anglaise eu ses effets, la preuve avec son nouvel album Slow Dance paru chez Heavenly Sweetness et la chanteuse Hollie Cook ..." ...

    A écouter en suivant ce lien : Trojan Records : quand punk et reggae se rencontrent
     
    Lois007 apprécie ceci.
  3. dawa

    dawa Membre du forum


    26

    0

    0

    19 Février 2012
    France
    eh bien, moi je vais écouté zenzile, leur dernière bombe et aussi dashiell hadayat " ma chrysler rose" et même un peu d"électro, genre monoplay, howling et meme Eric Satie,ses "gnossiennes", me rendent dingue, ciao a tutti dawa
     
  4. Kevin1977

    Kevin1977 Nouveau membre

    Wolvennest
    Psychedelic/Ambient/Dark/Rock from Brussels, Belgium

     
  5. freedomcat

    freedomcat Membre actif


    340

    19

    75

    DUBAMIX - Dub The Casbah (Clash, Stupeflip, Béruriers Noirs, Dead Kennedys)

     
  6. freedomcat

    freedomcat Membre actif


    340

    19

    75

    C'est le printemps du cinéma, alors je m'suis fait la toile à 4 euros dont le film "Rebelles" bonh le film est pas top mais au moins j"'était au chaud...
    Je piquai un peut du zen, mais dit donc la B.O m'à fait me redressé dans mon fauteuil... Bang Bang chanté par Parabellum, qu'elle belle surprise!

    Merci Parabellum! Vos concerts que de bons souvenirs ...R.I.P

     
    blop apprécie ceci.
  7. freedomcat

    freedomcat Membre actif


    340

    19

    75

    Sound system et résistance : la bande-son des émeutes noires de Brixton en 1981 :


    Playlist : Reggae, riots and resistance sur YouTube


    À l’occasion de l’anniversaire des émeutes de Brixton du 10 au 12 avril 1981 (Brixton riots), PAM explore l’impact de la culture sound system à travers les événements qui ont transformé le paysage multiculturel britannique.


    « Dans ce pays, dans 15 à 20 ans, les noirs auront le dessus sur les blancs ». La déclaration d’Enoch Powell en 1968 a résonné dans la Grande-Bretagne d’après-guerre, telle une affirmation éhontée, représentative de la vision du multiculturalisme de l’époque. De fait, la mère-patrie n’offrait que peu d’espaces où les minorités ethniques étaient égales au reste de la population. Sans voix et marginalisés, les noirs de Grande-Bretagne se faisaient entendre différemment à travers le reggae, le dub et la culture des sound systems importés des Caraïbes, qui allaient progressivement envahir le paysage sonore britannique.

    Trente ans après le débarquement du navire SS Empire Windrush – avec à son bord, près de 500 voyageurs venus principalement de Jamaïque et des Caraïbes – la deuxième génération issue de cette immigration est exaspérée par le racisme omniprésent dans la société anglaise, et la soumission aux blancs qu’on lui impose. C’est cette nouvelle génération qui va faire tomber les barricades qui empêchaient la culture noire d’envahir les rues britanniques. Une génération audacieuse et indomptable, tout comme la musique qui accompagne ses luttes, qui se feront dans les rues au son des sound systems.


    [​IMG]
    The Saxon sound system crew, 1983. (Photo courtesy of the Maxi Priest collection)

    La naissance de la culture sound system

    La culture du sound system est devenue très rapidement populaire dès les années 50 en Jamaïque. Ces systèmes son faits maison voyageaient à travers le pays, lors de showcases et battles – l’art du « clashing » – pour diffuser le meilleur de la musique reggae. En Angleterre, dans les années 70, des sound systems locaux comme Saxon Sound, Coxsone et Jah Shaka annonçaient déjà l’indépendance de l’identité culturelle des Britanniques noirs. Une basse lourde et rebelle : c’était le son de la protestation. En plus des imports de Jamaïque, les sound systems jouaient les dernières nouveautés du reggae anglais, qui comptait déjà ses vedettes : Aswad, Steel Pulse et Matumbi. Bien que le genre ait toujours été la voix des opprimés et des marginaux, le son s’est alourdi au cours des années 70, au plus fort des tensions raciales. Les artistes de reggae sont alors retournés aux racines, la basse vrombissante devenant l’arme ultime pour lutter contre la haine grandissante.



    L’incendie de New Cross

    La résonance de la musique dans certaines communautés est unique et indissociable. Pour celles de la diaspora africaine, la musique a toujours été synonyme de survie. Un élément intégral de la lutte des Noirs – du « Passage du milieu » aux plantations sudistes esclavagistes des États-Unis – la musique crée la possibilité d’un espace vital pour la résistance et le souvenir. C’était certainement le cas la nuit du 19 janvier 1981, lors de la fête d’anniversaire d’Yvonne Ruddock, 16 ans, quand 13 enfants noirs ont été tués dans l’incendie de sa maison londonienne du quartier de New Cross – un moment charnière dans la construction de la conscience noire. Certains, y compris des témoins de ce drame, pensent que l’incendie était le résultat d’une attaque raciste. Jusqu’à aujourd’hui, l’affaire est restée non élucidée.

    Face au silence assourdissant de l’État, le peuple a fait entendre sa voix, et le mécontentement populaire a immédiatement été mis en musique par les vedettes du reggae britannique. « New Cross Fire », de Roy Rankin & Raymond Naptali, condamne le silence de l’État, et va jusqu’à affirmer, avec force écho dub, que l’incendie de New Cross est un meurtre : « Di New Cross Fire dat a murdah » . Complètement dans l’air du temps, la face B de l’album, « Brixton Incident », est une réaction aux émeutes qui éclateront trois mois plus tard. Linton Kwesi Johnson attire l’auditeur avec la même recette sur « New Crass Massakah » ( pour « New Cross Massacre », soit « le massacre de New Cross »). La chanson commence avec cette basse si familière et réconfortante qu’on entend alors dans toutes fêtes. Puis l’ambiance joviale cède vite le pas à ces mots glaçants : « di screamin ¦ an di cryin ¦ an di dyin in di fyah » (« the screaming and the crying and the dying in the fire »), soit « les cris et les pleurs et les morts dans le feu ».



    Tout aussi triste et sinistre, sortira New Cross Fire, l’album hommage aux victimes de l’incendie, par Sir Collins & His Mind Sweepers. Récitant l’alphabet avec l’innocence et l’énergie de sa jeunesse, le propre fils de Sir Collins, Steve, ouvre l’album, et teinte de sa voix juvénile le reste du disque. Enregistrée avant l’incendie, la voix de Steve Collins en a été l’une des victimes, puisque le jeune garçon mourra pendant qu’il jouait sur son sound system – une image bouleversante qui illustre le lien étroit entre la musique et la lutte des noirs. Dans son poème, Linton Kwesi Johnson récite que « toute l’Angleterre noire a viré au rouge orangé » (« di whole a black Britn tun a fiery red ») et, sans aucun doute, l’incendie de New Cross fut un tournant pour l’Angleterre multiculturelle. Et la première étincelle de l’enfer qu’allait être 1981.


    ‘Event af di year’, 2 jours de révolution

    Suite à l’introduction des lois « Sus » – qui ont donné le droit aux policiers d’interpeller et fouiller quiconque leur semble suspect – un nombre ahurissant de jeunes noirs étaient massivement arrêtés dans les rues. La nuit du 11 avril 1981, l’interpellation et l’arrestation d’un homme noir a provoqué deux nuits de révoltes en Grande-Bretagne. Les émeutes s’étendèrent de Londres à Liverpool, Manchester, Birmingham et Leeds.


    [​IMG]
    Linton Kwesi Johnson (c) Virgin Records

    Peu d’œuvres culturelles reflètent aussi bien les émeutes que le poème-dub de Linton Kwesi Johnson, « Di Great Insohreckshan » (« La grande insurrection »). Fusionnant les sons de la Jamaïque et l’expérience urbaine de Londres, Johnson s’est fait l’architecte d’un nouveau style. Accompagné par un des pionniers du reggae anglais, Dennis Bovell du groupe Matumbi, Johnson montrait une nouvelle perspective de vie aux jeunes noirs, mettant l’accent sur les abus de la police et les attaques répétées contre les personnes innocentes. En qualifiant le mouvement noir d’insurrection, au lieu d’émeute, Johnson remet les événements de 1981 au sein d’une lutte contre l’oppression, et non pas une quête de la violence.

    Tel un rappel de l’objectif de la communauté noire, le poème de Johnson prône la destruction des institutions qui mettent en place l’oppression et des symboles du racisme institutionnel de l’État : « wen wi mash up plenty police van ¦ wen wi mash up di wicked wan plan ¦ wen we mash up di Swamp 81 » (« quand on défonce plein de voitures de police / quand on défonce le foutu Plan n°1 / quand on défonce le Swamp 81 »). En réfutant l’idée communément admise que l’homme noir est violent et agressif, le poème est une façon de rappeler que les émeutes n’avaient pas pour but d’attaquer la population. « Dem seh we bun doun di George […] we nevah bun di landlaad » (« They say we burned down the George […] we never burn the land »), soit « Ils disent que l’on a incendié le George […] on n’incendie jamais les propriétaires »). « [D]i George » fait ici référence au George Inn, un pub sur Railton Road – qu’on surnommait la pointe – au centre de Brixton, un lieu de rassemblement notoire des groupes fascistes et d’extrême-droite. Sur « Brixton Incident », Rankin et Naptali rejoindront l’appel de Johnson à fermer les places fortes du fascisme dans l’espoir de créer une société plus égalitaire : Ils citent le « wicked tabernacle » [le « foutu temple »], référence directe au George Inn, une fois de plus. Le pouvoir sonore des artistes reggae devenait la bande-son de la mobilisation de la population. En détruisant les institutions racistes, de nouveaux espaces pour l’égalité et la paix voyaient le jour, des lieux qu’on retrouvait alors aussi dans les chansons.

    Il n’est pas surprenant que la seule chanson sur les émeutes qui connut un succès populaire durable fut « Electric Avenue », le tube de 1982 par Eddy Grant. Malgré son tempo R&B entraînant, plus convenable pour une audience blanche qu’un roots reggae activiste, les paroles camouflent une critique des réponses aux émeutes. De Brixton à Hollywood, « Electric Avenue » a été nominée pour un Grammy de la meilleure chanson R&B, mais « Billie Jean » de Michael Jackson a finalement remporté le prix.


    [​IMG]
    Coxsone International Sound System – Clement Dodd with the microphone

    Sans complexe et sans compromis, la musique reggae était la bande-son de l’époque. Les émeutes de 1981 ont donné lieu à une des plus grandes enquêtes ethniques à ce jour : le Scarman Report. Malgré toutes les injustices commises cette année-là, 1981 fut un moment-clé de changements pour les minorités ethniques en Angleterre, ouvrant à leur influence le monde de la politique, des arts et, naturellement, de la musique.

    La musique reggae a profondément bouleversé le Royaume-Uni et le monde. Les sound systems continuent encore aujourd’hui de prôner la paix et de convoquer la joie, un message qui résonne bien plus fort que l’histoire officielle des jeunes noirs violents et délinquants. Surtout, elle est un symbole de l’infatigable et interminable lutte noire, finalement gravée dans l’histoire. La musique caractéristique d’une époque a finalement donné la parole aux sans-voix, une parole dont les noirs d’Angleterre peuvent s’emparer aujourd’hui pour affirmer fièrement, « je suis aussi britannique que vous. »

    Retrouvez la playlist : Reggae, riots and resistance sur YouTube.

    Lire ensuite : Paris-Londres : naissance de la sono mondiale

    SOURCE / Sound system et résistance : la bande-son des émeutes noires de Brixton en 1981
     
  8. Jenlain

    JenlainPossede plusieurs cerveau Membre actif


    402

    1

    98

    1 Avril 2009
    France
    Un truc sans interet...




    Ha si...

    P'tet pour le tourisme de masse qui vient voir ca en car climatise 10mn, faut voir....
     
    Dernière édition: 14 Avril 2019
  9. freedomcat

    freedomcat Membre actif


    340

    19

    75

    Excellent!

    "Crass, les punks qui firent trembler Thatcher"


    ( Un reportage à écouter : https://www.rtbf.be/auvio/detail_crass-les-punks-qui-firent-trembler-thatcher?id=2434231 <<== une adresse mail sera demandé par RTBF pour profité de ce doc )

    "C’est Dominique Van Cappellen, chanteuse et guitariste du groupe Baby Fire qui est notre invitée aujourd’hui et c’est loin des clichés et des sentiers battus sex pistoliens qu’elle nous emmène.

    Dans l’histoire qu’elle nous conte, il est question de Vi Subversa, celle qui en avait marre d’être femme au foyer, du collectif hyper engagé des Crass qui secouèrent de toute leur créativité la dame de fer, Margareth Thatcher, ou encore des Riot Grrrl, ce mouvement féministe radical qui donna un gros coup de pied dans le phallocentrisme de la société.
    Mais avant toute chose, retour sur le contexte qui vit émerger le mouvement punk.

    Une séquence réalisée par Jonathan Remy avec Dominique Van Cappellen et les voix de Roxane Brunet et de Marie Vancutsem.

    Avec des extraits du documentaire "There is no authority but yourself" réalisé par Alexander Oey.

    Crass, les punks qui firent trembler Thatcher - Un jour dans l'histoire - 10/12/2018
     
  10. blop

    blop Membre actif


    146

    14

    1

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
  11. freedomcat

    freedomcat Membre actif


    340

    19

    75

    Litige , un groupe de RiotGrrls de Lyon

    Scanner
     
  12. Bernard Black

    Bernard Black Membre actif


    406

    25

    264

    20 Avril 2017
    France
    Du D-Beat/Raw Punk sud-américain!

    Besthöven (Brésil)



    B.E.T.O.E (Venezuela)



    Total Silence (Brésil)



    Bömbärdeo (Chili) et D.H.K (Pérou)

     
  13. freedomcat

    freedomcat Membre actif


    340

    19

    75

    Émissions
    Pour un anarchisme (pro)féministe - avec Francis-Dupuis Déri :

    Une émission d’analyse critique des pratiques et des théories sexistes au sein des milieux anarchistes, et ce dans l’optique d’un anarchisme (pro)féministe – avec Francis Dupuis-Déri, professeur de sciences politiques à l’Université du Québec – Montréal (UQAM), proche des milieux libertaires, auteur sur ce sujet de plusieurs articles, et plus généralement de plusieurs ouvrages autour de l’anarchisme et de l’anti-féminisme.

    [​IMG]

    Avec une critique de l’anarcho-sexisme contemporain comme contradiction (apparente) avec l’idéal anti-autoritaire, comme produit d’une socialisation sexiste des hommes anarchistes, d’un idéal viriliste de l’anarchiste comme guerrier machiste, d’une négation idéologique de son positionnement de dominant au sein des rapports de genre, d’un anti-féministe lutte-de-classiste, d’une volonté masculine d’imposer une absence de critiques internes au nom de « l’unité » anarchiste (qu’ils sapent en réalité avec leur comportement sexiste) et d’une camaraderie virile même en cas d’agression sur une autre camarade ; avec un appel à une déconstruction individuelle et collective des hommes en tant que dominants au sein des rapports de genre, et à cesser d’utiliser des arguments anti-féministes identiques à ceux de l’extrême-droite et des staliniens ; et une évocation des tendances pro-féministes dans l’anarchisme francophone contemporain [1ère partie, 50 minutes]


    Avec une analyse critique de l’anarcho-sexisme de Proudhon, promoteur d’un socialisme misogyne et polémiste anti-féministe, et son héritage au sein du mouvement ouvrier (exclusion des femmes des syndicats d’artisans, lutte pour une interdiction du travail industriel des femmes, anarchisme patriarcal) ;
    une brève histoire des débuts de l’anarcha-féminisme, celui d’Emma Goldman, de Victorine de Cleyre et de He-Yin Zhen ; et une discussion autour du pro-féminisme des hommes, ses limites (pro-féminisme toxique) et ses possibilités (déconstruction – désempowerement) [2ème partie, 50 minutes]

    [​IMG][​IMG]



    L'émission complète

    Audio Player

    00:00
    Use Left/Right Arrow keys to advance one second, Up/Down arrows to advance ten seconds.
    00:00
    Use Up/Down Arrow keys to increase or decrease volume.

    1ère partie

    Audio Player

    00:00
    Use Left/Right Arrow keys to advance one second, Up/Down arrows to advance ten seconds.
    00:00
    Use Up/Down Arrow keys to increase or decrease volume.

    2ème partie

    Audio Player

    00:00
    Use Left/Right Arrow keys to advance one second, Up/Down arrows to advance ten seconds.
    00:00
    Use Up/Down Arrow keys to increase or decrease volume.



    Liens

    Francis Dupuis-Déri

    Francis Dupuis-Déri — Wikipédia

    Répertoire des professeurs |

    L’article à l’origine de l’émission

    https://refractions.plusloin.org/IMG/pdf/2412_1_.pdf

    Articles de Francis Dupuis-Déri évoqués ou en lien

    http://redtac.org/possibles/files/2014/07/vol38_no1_s1p1_Deri.pdf

    https://www.erudit.org/fr/revues/rf/2008-v21-n1-rf2309/018314ar.pdf

    Autres émissions

    http://sortirducapitalisme.fr/emissions/268-pour-une-theorie-materialiste-du-racisme

    http://sortirducapitalisme.fr/189-les-luttes-des-femmes-des-annees-1968-christine-delphy

    http://sortirducapitalisme.fr/153-8...ion-espagnole-1936-1939-avec-les-gimenologues

    http://sortirducapitalisme.fr/146-s...sat-traducteur-de-crack-capitalism-29-03-2016

    Notes de lecture évoquées ou en lien

    http://www.sortirducapitalisme.fr/notes-de-lecture/267-colette-guillaumin-sexe-race-et-pratique-du-pouvoir

    http://sortirducapitalisme.fr/notes...-principal-economie-politique-du-patriarcat-2

    http://sortirducapitalisme.fr/notes...e-delphy-l-ennemi-principal-penser-le-genre-4

    http://sortirducapitalisme.fr/notes...ualite-des-femmes-et-echange-economico-sexuel

    Articles évoqués ou en lien

    https://infokiosques.net/spip.php?article532

    https://infokiosques.net/spip.php?article239

    http://www.etatdexception.net/peggy-mcintosh-quest-ce-que-le-privilege-blanc/

    https://infokiosques.net/feminismes_genre

    https://journals.openedition.org/clio/13784

    http://lmsi.net/La-non-mixite-une-necessite

    https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2016-1-page-170.htm

    http://blog.ecologie-politique.eu/post/Un-profeminisme-toxique

    https://infokiosques.net/imprimersans2.php?id_article=98

    http://lmsi.net/Nos-amis-et-nous

    https://journals.openedition.org/sociologies/5234

    https://revolutionfeministe.wordpre...-vidal-1970-2007-allie-masculin-du-feminisme/

    Collectifs pro-féministes

    https://stop-masculinisme.org/

    Vidéos

    https://ouvrirlavoixlefilm.fr/



    Pierre-Joseph Proudhon, La pornocratie ou les femmes dans les temps modernes : « Mieux vaut une femme estropiée à la maison, qu'une coquette ingambe à la promenade. »

    Lettre de Joseph Déjacque à Proudhon : « Écrivain fouetteur de femmes, serf de l'homme absolu, […] anarchiste juste-milieu, libéral et non LIBERTAIRE, […] vous criez contre les hauts barons du capital, et vous voulez réédifier la haute baronnie du mâle sur la vassale femelle […] Ne vous dites pas anarchiste, ou soyez anarchiste jusqu'au bout. Parlez-nous, si vous voulez, de l'inconnu et du connu, de Dieu qui est le mal, de la Propriété qui est le vol. Mais quand vous nous parlerez de l'homme, n'en faites pas une divinité autocratique, car je vous répondrai : l'homme, c'est le mal ! […] Élevez la voix, au contraire, contre cette exploitation de la femme par l'homme. »


    upload_2019-4-22_16-7-26.png
     
  14. Jenlain

    JenlainPossede plusieurs cerveau Membre actif


    402

    1

    98

    1 Avril 2009
    France
     
  15. dawa

    dawa Membre du forum


    26

    0

    0

    19 Février 2012
    France
    salut, j'me suis levé avec un air des "saints" (i'm stranded), et pourquoi pas un p'tit "eddie and the hot rods", que du bon, rien a dire. ciao a tutti. dawa
     

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 10)

  1. freedomcat
  2. blop
  3. Lois007
  4. kony
  5. Bernard Black
  6. Anarcycliste
  7. Jenlain
  8. anarchOi
  9. Judose
  10. dawa
Chargement...
Discussions similaires - qu'avez vous écoutéForumDate
Salut à vous !Présentations des nouveaux membresLundi à 22:39
Salut à vous Camarades !Présentations des nouveaux membres9 Avril 2019
Oï à vous tous....Présentations des nouveaux membres6 Février 2019
salut à vous !Présentations des nouveaux membres21 Octobre 2018
Glou à vous les punk'n'rolleurs!!!!Présentations des nouveaux membres10 Octobre 2018