Chargement...
Bienvenue sur Pirate Punk ! Pour participer à la communauté, il faut s'enregistrer ou se connecter.   Ⓐ//Ⓔ

Ni dieu ni maitre / Ni allah ni maitre

Discussion dans 'Débats - Politique, activisme et luttes sociales' créé par Juj, 20 Novembre 2015.

  1. xug

    xug Membre actif


    50

    0

    0

    30 Juin 2015
    Re : Ni dieu ni maitre / Ni allah ni maitre

    après reste à savoir à partir de combien d'années on compte pour prendre racine plus d'un millénaire, moins d'un millénaire, 2 ou 3, 200 ans comme la république?
     
  2. xug

    xug Membre actif


    50

    0

    0

    30 Juin 2015
    Re : Ni dieu ni maitre / Ni allah ni maitre

    il faut distinguer le croyant du pratiquant et surtout du pratiquant radical,
    la mère de mes amis est musulman très croyante surement plus que les barbus et autre enrubannés elle n'est ni voilée ni intégristes elle sait très bien que ses fils viennes avec moi boire et faire la fête et je n'ai aucun problème avec elle,
    elle me respect et m'estime et réciproquement
    tu peux être croyant même pratiquant si tu ne fait pas de prosélytismes et que tu ne m'empêche pas de respirer,
    le problème avec la religion c'est de vouloir convertir tout le monde à leur chapelle
     
  3. Gorille argenté

    Gorille argenté Membre du forum


    43

    0

    0

    11 Février 2017
    France
    Re : Ni dieu ni maitre / Ni allah ni maitre

    Diviser pour mieux régner, n'est-ce pas un proverbe ultra connu?

    Pour ne pas faire trop long je vais juste grossir mes propos, libre à vous d'en tirer vos propre conclusions, ce n'est pas avec un post que je vais déclencher une nouvelle révolution.

    Les parties politique sont plus là pour nous diviser que pour nous proposer des alternatives, ont peux s'en apercevoir tout au long de l'année.
    Le but étant de nous détourner des vrais problèmes et d’éviter de nous rassembler, histoire de ne pas commettre les mêmes erreurs. (Révolution!).

    Certaines religions sont aussi un moyen de nous diviser, de nous museler et de nous contrôler avec plus ou moins d'efficacité selon les époques (ce n'est pas pour rien qu'elles ont longtemps été en étroite collaborations avec les pouvoirs en place (beaucoup moins depuis que la monarchie est en voie de disparition)).

    En conséquence, elles sont forcées de s'adapter pour subsistée (étrange). D'ailleurs il suffit de voir les ressemblances frappantes entre chacune d'entre elles. Pour constater qu'elles sont juste adaptées à la population qu'elles visent.

    Donc, pour moi les religions sont une forme de pouvoir tout comme un gouvernement

    Exemple: le vatican qui prône le partage avec les pauvres (entre autre hypocrisie) patatipatatat, alors qu'ils ont amassé des fortunes depuis des siècles, ben, non c’est toujours chacun pour soi, rien que faire la quête à l'église, je le crois pas c'est encore les pauvres gens qui donne au riche,

    Toutes les actions, assos et autre qui ont servi les autres viennent d'une personne, je pense à abbé pierre par exemple et pas d'une religion

    Voilà ça reste mon opinion
     
  4. freedomcat

    freedomcat Membre actif


    84

    0

    0

    19 Août 2015
    France
    Re : Ni dieu ni maitre / Ni allah ni maitre

    Des racines chrétiennes en France et en Europe il n'y'en
    a tout simplement pas, quenni quedal tchében walou nada rien du tout.

    [​IMG]
     
  5. freedomcat

    freedomcat Membre actif


    84

    0

    0

    19 Août 2015
    France
    Chrétiens d'Orient. Deux mille ans d'histoire " Né à Jérusalem, le christianisme s’est rapidement diffusé à tout le Proche-Orient : il s'est implanté en Egypte et dans les actuels Liban, Syrie, Jordanie et Irak. Tout au long de l’Histoire, les chrétiens ont joué un rôle majeur dans le développement politique, culturel, social et religieux de cette région du monde."... + d' infos << Chrétiens d'Orient. Deux mille ans d'histoire
     
  6. DegatsRap

    DegatsRap Nouveau membre

    GARAP : Lettre à Nour

    (...) S’il est bien une arme conceptuelle que la propagande religieuse réussit à utiliser efficacement contre l’unité de classe des exploités, c’est celle d’islamophobie.
    L’ « islamophobie » est en effet une mine à fragmentation idéologique posée par les ennemis du prolétariat sur le terrain de l’émancipation. Défendre la supposée pertinence de ce mot piégé, et ainsi travailler à sa banalisation, est une honte, un acte de trahison réactionnaire. Car ce concept n’est pas récupérable par la lutte révolutionnaire, il est intrinsèquement aussi obscurantiste que falsificateur. Obscurantiste car il victimise (après l’avoir innocentée) la religion - qui est l’une des incarnations les plus mortifères du pouvoir - sous couvert de défendre des victimes religieuses. Falsificateur, car il rabaisse la lutte contre la xénophobie et le racisme (laquelle est indissociable de la lutte de classe) à un combat de défense d’un particularisme religieux, identitaire, culturaliste. Dans la lancée, il assimile l’ensemble de ceux qui endurent le racisme et la xénophobie à des musulmans, ce qui est une absurdité autant qu’une négation volontaire du caractère composite des victimes de racisme et de xénophobie. Il nie effrontément la réalité de classe, qui traverse la fausse polarité qu’il induit. Un riche saoudien dépensant des dizaines de milliers d’euros par jour sur les Champs Élysées ne sera jamais frappé par « l’islamophobie ». Un chômeur basané athée d’Aulnay-sous-Bois sera susceptible de subir la saloperie xénophobe.
    Il faut donc relever que ce qui caractérisent les actes « antimusulmans » c’est qu’ils s’attaquent 1) à des prolétaires 2) d’origine arabe, subsaharienne ou asiatique. Ces actes ne constituent que les habits rénovés d’un vieux racisme sévissant contre ces combinaisons ethnico-sociales. Cible de racisme et de xénophobie, ces mêmes combinaisons ethnico-sociales restent la cible, encore et toujours, de l’identitarisme religieux qui prétend les préempter, au nom du sacré et de la culture. Par conséquent, les prolétaires arabes, asiatiques et noirs né(e)s musulman(e)s sont pris en étau : ils sont rabaissés à l’état de cibles des multiples déclinaisons de la réaction. Pas d’issue possible, dans ce mortifère schéma, vers la liberté de pensée et de vivre. Revendiquer la disparition d’une assignation raciste pour lui substituer une assignation identitaire, c’est concourir à faire des sœurs et frères de classes les piégés de la réaction. C’est pourquoi il faut combattre simultanément le « racisme antimusulman », forme de racisme à base culturelle, et l’emprise religieuse.

    Par ailleurs, le concept d’ « islamophobie » nie l’oppression de genre, en validant les niaiseries essentialistes que la religion instaure entre les sexes, pour le plus grand malheur des femmes. Que des femmes militent pour un féminisme islamique (deux termes en total contradiction) n’est en rien surprenant. Il y a des réactionnaires chez les proies de la réaction, c’est une lapalissade.
    Ainsi, l’ « islamophobie », en sus d’être un outil de distorsion de la réalité du phénomène xénophobe et une arme de propagande, aux racines interclassistes et ultralibérales, de la religion (et son cortège d’inepties rétrogrades), maniée avec doigté par les adorateurs d’Allah et, à leurs côtés, les revanchards chrétiens (ne parle-t-on pas désormais de « christianophobie », de « cathophobie » ?), ainsi que les bureaucrates gauchistes en mal de public à domestiquer.

    Last but not least, la notion d’ « islamophobie » protège d’un sceau victimaire la véritable islamophilie des décideurs politiques et économiques français. Cette bienveillance appuyée recouvre les marchés juteux qui lient le pouvoir algérien, marocain, la Turquie, les monarchies du Golfe, et plus globalement les États membres de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI), aux transnationales hexagonales. En guise d’illustration, pour l’année 2013, l’Algérie est le 3ème client de la France (hors OCDE) ; la France est le premier investisseur en Algérie. La France est le deuxième fournisseur du Maroc, ses ventes à la Turquie, dont elle est le 8ème fournisseur, ont été multipliées par 2 ces 10 dernières années. L’Arabie Saoudite est le 1er partenaire commercial des patrons français dans le Golfe et le deuxième au Moyen-Orient. Les Émirats Arabes Unis constituent le premier débouché commercial de la France dans le Golfe et avec qui elle réalise son troisième excédent mondial. La France est le 9ème fournisseur du Qatar et son 14ème client. Après avoir eu l’occasion de démontrer « l’efficacité » de ses rafales lors de la guerre au Mali contre des foutraques djihadistes stipendiés par le Qatar, le Groupe Dassault vient de signer un contrat de vente historique avec ce même royaume « terroriste »… Les importantes capacités d’investissement et de financement des membres de l’OCI en font donc des partenaires économiques mais aussi de potentiels créanciers de premier ordre. Les plus hauts dignitaires de la République Française se sont d’ailleurs échinés à rendre compatibles le droit commercial français et la finance islamique. Hervé de Charrette, ancien ministre des Affaires Étrangères du gouvernement Juppé (1995-1997) et Président de l’Institut Français de la Finance Islamique a été l’un des instigateurs de ce mariage réussi. Citant Jean-Pierre Jouyet, le Président de l’Autorité des marchés financiers d’alors, il s’extasiait en 2010, sur Oumma TV, voyant dans la finance islamique un « atout » : « La finance islamique peut apporter une très grande contribution au développement de l’économie française, au financement des infrastructures en particulier, et par conséquent c’est un atout dans notre manche […] Il y a un très grand nombre de gens en France qui souhaitent que leur épargne soit placée en fonction des règles du Coran. » Deux ans auparavant, en plein krach boursier, Christine Lagarde, alors Ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, se faisait porte-parole du grand capital, majoritairement tenté par les vertus salutaires de la régulation financière. Son discours au 2ème Forum Français de la Finance Islamique du 26 novembre 2008, fut un éloge aux avantages des règles coraniques dans la Finance, gages de protection du capital : « En face de cette crise de tous les excès, le Président de la République a souhaité faire des propositions. […] A cet égard, la finance islamique présente bien des avantages, en ce qu’elle condamne la spéculation et en ce qu’elle condamne le hasard.[…]Je souhaite vous convaincre de ce que Londres n’est pas le seul point de passage obligé de la finance islamique, quel que respect que l’on ait pour cette grande place… Et que Paris est aussi une grande place financière, et en matière de finance islamique nous sommes très désireux d’accueillir ceux d’entre vous ou ceux de vos clients qui souhaiteriez une alternative. »

    Rappelons que l’OCI milite en faveur de la répression du blasphème, qui s’applique par le fouet et la sentence capitale dans nombre de ses pays membres. Pendant les années 2000, elle a tenté de faire adopter par l’ONU l’interdiction de la diffamation des religions, en particulier l’Islam (puisque moult de ses adhérents persécutent les religions minoritaires sur leur territoire). Le gros de son argumentation est d’assimiler la critique de l’Islam à du racisme.

    Il ne s’agit évidemment pas ici de mettre le voile sur les prises de position contre un certain islam (l’islam des pauvres, qui masque les pauvres de l’islam) qui ont jalonné le mandat présidentiel de Nicolas Sarkozy, ont appuyé les débats sur les statistiques ethniques, électrisé la propagande autour de l’identité nationale de 2010 et débouché sur la loi anti-burqa. Au quotidien, les discours anti-islam, d’une Le Pen, d’un Estrosi et autres sicaires de la prédation capitaliste, suscitent des déclarations « antiracistes » qui en creux, valident la confusion qui leur est tendue entre culture, ethnie, religion. Le grand perdant est ici la thématique de la lutte des classes, qui est distordue parce que mélangée à des visées identitaires, voire carrément occultée. Le tout profite à l’hégémonie des prismes identitaires, culturels, raciaux, ethniques où l’identité chrétienne de la France le dispute à la communauté juive « menacée » ou « menaçante », à l’islam « matrice du terrorisme » ou des « nouveaux martyrs »…

    Dans ces conditions, l’islam est frappé à la manière d’une arme sous les coups d’une forge. Attaques et appuis rythment le mouvement de fabrication d’un islam à la française (lui-même rattaché à un islam européen, comme on l’a vu), c'est-à-dire conforme au cadre économico-politique hexagonal (mais pris dans ses dimensions continentale et transnationale), qui, à l’instar des autres pouvoirs religieux, est un ressort principal de l’instauration d’une société multiculturaliste en proie à la dictature du marché. La religion a toujours fait bon ménage avec l’État et le patronat quand il s’est agi de contrôler les exploités et de faire du business. (...)
     
  7. pschrsrgnc

    pschrsrgnc Membre actif


    67

    2

    0

    21 Août 2016
    France
    Amalgames ensuit de stigmatisations.
    Décortiqué c'est mieux !
     
  8. DegatsRap

    DegatsRap Nouveau membre

    Excuses moi pschrsrgnc, j'ai du mal à saisir le sens de ton propos. Réagissais-tu à l'extrait que je viens de poster juste avant ? Si oui, pourrais tu développer un peu s'il te plait ?
     
  9. pschrsrgnc

    pschrsrgnc Membre actif


    67

    2

    0

    21 Août 2016
    France
    Fissa,les amalgames d'un islam tolérant & philanthrope ,opposé aux stigmatisations dans lesquelles souffrent les personnes 'attachées' culturellement ! (De mon avis...)
     
  10. ninaa

    ninaa Membre du forum


    25

    0

    0

    27 Août 2014
    France
    On peut être athée et antireligieuse radicale et être convaincue que l'antireligion n'est qu'un prétexte pour justifier le racisme. Les musulmans sont comme tous les croyants, peu importe ce que disent les textes, les individus font leur propre cuisine selon leur personnalité et ce qui les arrange.Jésus était formel: celui qui a du fric n'ira pas au paradis. Essayez de convaincre un catho de se débarrasser de son argent pour se conformer aux évangiles!
    Vu que "les races" n'existent pas, ce n'est pas la couleur de peau - sinon les discriminations et rejets toucheraient aussi les gens qui reviennent bronzés de la plage - mais bien les références culturelles (que l'on soit croyant ou non) que haïssent les racistes.
    Le prétexte antireligieux, antisexiste, "antiracialiste" martelé par les racistes est récent, il fut un temps où les racistes se contentaient de répéter que les "Arabes" étaient tous des feignants, voleurs, violeurs, parasites.
    C'est de cette phobie là à mon avis dont veulent parler ceux qui utilisent le terme "islamophobie" (que je n'utilise pas moi même, je préfère parler de racisme tout simplement, et tout le monde sait bien quellle est la population la plus exposée aux discriminations, oppression, mépris...). D'ailleurs les "Arabes" sont haïs en bloc par les racistes (de tous genres et toutes classes sociales) et peu importe aux racistes que les "bons Arabes" athées tentent de se désolidariser des "mauvais Arabes " musulmans.
    Malehureusement le racisme comme le sexisme, l'homophobie, la transphobie... sont des fléaux qui doivent être combattus EN PLUS de l'oppression de classe. Même si on sait bien que les "Noirs, Roms, Arabes"... constituent la population la plus opprimée socialement.
     

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 8)

  1. DegatsRap
  2. pschrsrgnc
  3. tamer
  4. HomerFry
  5. Ponk_as_Fonk
  6. Anarcycliste
  7. ninaa
  8. Bernard Black
Chargement...
Discussions similaires - dieu maitre allahForumDate
[Docu] Ni dieu ni maître, une histoire de l'anarchismeDébats - Politique, activisme et luttes sociales31 Octobre 2016
Les Graines du Khaos - Ni Dieu Ni Maître - 2016 (France) - industriel / harshnoise / tekAutres téléchargements25 Juin 2016
Ni dieux, ni maîtres!VIDÉOS: Concerts, documentaires, dvd, ...2 Mai 2016
Les Sales Majestés - Ni Dieu Ni Maître - 2015 (FR) - Punk RockMUSIQUE PUNK / OI! / SKA FRANCOPHONE30 Juillet 2015
Dons à la SPCA (Société pour la Prévention de la Cruauté envers les Animaux) -- Ni-Dieu-Ni-Maitre.comDiscussion générale3 Mai 2014