Chargement...
Bienvenue sur Pirate Punk ! Pour participer à la communauté, il faut s'enregistrer ou se connecter.   Ⓐ//Ⓔ

Macron s'attaque à l'Instruction En Famille

Discussion dans 'Débats politiques, activisme et luttes sociales' créé par blop, 11 Octobre 2020.

  1. Dreamea

    Dreamea Membre actif


    559

    90

    9

    6 Février 2019
    France United States
    Tu... Tu sais...! Tu sais très bien que tu aborde un sujet que je trouve TABOU, et tu le fait juste pour me faire rougir et me provoquer! :@

    Nan j'avoue, jsuis qu'un onaniste mécanique et frénétique! La honte... J'ai pas de meuf, j'ai pas de mec, mais j'en ai envie >:O

    Sinon je t'accorde que cel à l'air appétissant, mais le cannibalisme c'est une limite que je me suis donné samedi dernier: plus jamais! A la police qui regarde: fuck c'est pas des aveux et vous trouverez jamais le corps!

    Désolé, elle ne représente que les gens respectables...

    Quoi qu'est-ce que j'ai dit? -_-

    Haaaaaan! :o Attends, c'est moi qui interprète mal ou il y a pas de hasard, tu parle bien de bouffer ma soeur samedi?! :X Et on fait une vanne sur le cannibalisme en même temps?... Nananan il y a toujours une explication rationnelle!
     
  2. celadrel

    celadrel Uploadeur Membre actif


    1 943

    732

    3

    pour les avocats , je ne les aime pas pour cela .c'est de la viande avariée de toutes facons.

    je ne sais pas si je dois etre inquiet XD ou etre ému ^_^
     
  3. Dreamea

    Dreamea Membre actif


    559

    90

    9

    6 Février 2019
    France United States
    Inquitet! Inquiet... A demain! o_O
     
    celadrel apprécie ceci.
  4. HNORD

    HNORD Membre actif


    1 557

    1 238

    19

    30 Mars 2017
    Homme
    picardie France
  5. blop

    blop Membre actif


    1 558

    826

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    Merci pour tes explications.
    Je ne m'imaginais pas que l'IEF était si encadrée.
    J'espère ne pas mettre de l'huile sur le feu mais je trouve dommage que l'enseignement entre familles (au pluriel) ne soit pas autorisé.
    Quitte à donner un "autre" enseignement (axé sur d'autres valeurs, à un autre rythme, plus respectueux des enfants) aux enfants, que celui qui est uniformément délivré à l'école, je trouve dommage que les parents de plusieurs familles ne puissent pas s'entendre et accueillir, à tour de rôle, les enfants.
    Ca élargirait encore les savoirs qui pourraient être transmis aux enfants (les parents ne sont pas des enseignants donc j'imagine qu'il ont pour base un programme qu'ils adaptent, complètent, enrichissent, selon leurs propres connaissances).
    Et ça permettrait aux parents d'avoir occasionnellement d'autres activités, à côté.
    Il est dommage que l'exception (soit un cas d'école coranique) empêche tant de familles de vivre comme elles le souhaitent ...[/QUOTE]

    Ben , je trouve aussi que c'est dommage mais franchement quand tu vois les attaques qu'on se prend de partout ( surtout les coups en traitre de la part de certains nanards) je trouve que c'est très bien d'être hyper surveillés .
    Il y a beaucoup de rencontres non sco dans plein de domaines ( env deux à 3 rencontres par semaine)
    C'est pas l'école coranique qui pose des problèmes, c'est une exception.
    Le vrai problème, c'est les langues de putes qui parlent sans savoir et qui font le jeu des fachos avec des amalgames douteux et du complotisme avéré
     
  6. Page 41 du Vademecum de l'encadrement et des contrôles au sujet du "radicalisme et de la dérive sectaire" -

    Instruction dans la famille concernant l’enfant, les signaux observés :

    Concernant l’enfant, des signaux peuvent être observés :

    ● Dans le champ scolaire : constat que l’enseignement dispensé ne recouvre pas tous les domaines du socle commun et remet en cause certaines connaissances et compétences (indices explicites d’une présentation idéologique et non scientifique ; absence d’éducation à la sexualité, etc.) ; non accès aux médias (presse, radio, télévision, internet, livre, revue) ; refus de fréquentation des lieux publics de documentation (bibliothèque), etc.

    ● Dans le champ de la santé : régime alimentaire carencé, atteintes physiques, amaigrissement, arrêt de croissance, fatigue excessive liée aux conditions de vie et au manque de sommeil, refus de traitements ou d’examens médicaux, rupture du suivi thérapeutique et privations de soins conventionnels, refus de vaccination, contestation de la liberté d’utiliser une contraception, etc.

    ● Dans le champ du développement personnel : isolement et désocialisation, fréquentation exclusive d’un groupe qui exerce une emprise sur le jeune, servitude, embrigadement, interdiction d’utiliser tous les nouveaux moyens de communication (téléphone), discours stéréotypés, absence de curiosité et de discernement, idéologie exclusive, absence d’expression autonome, incapacité à se protéger, signes de souffrance psychique, etc. 2.2.  A qui signaler ?

    ● Information sans délai de l’IA-DASEN de cette situation pour le premier degré. Pour chacune des situations, le correspondant académique chargé de la prévention des phénomènes sectaires en milieu scolaire doit systématiquement être informé.

    ● Face à un ensemble de signaux marquant un risque de dérive sectaire, tout personnel est tenu d’adresser, dans le cadre de la protection de l’enfance, une information préoccupante au président du conseil départemental (cellule de recueil des informations préoccupantes) ou dans les cas où la gravité de la situation le justifie, un signalement au procureur de la République pour une intervention immédiate (article 375 du code civil). Le conseiller technique de service social auprès de l’IA-DASEN pourra apporter un appui technique à l’évaluation de la situation en vue d’une information préoccupante ou d’un signalement, que cela soit dans le premier ou le second degré. Références Loi n° 2001-504 du 12 juin 2001 tendant à renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires portant atteinte aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales Loi n° 2016-297 du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant Guide Miviludes « La protection des mineurs contre les dérives sectaires »

    Point de vigilance Il est vivement recommandé que les personnes chargées du contrôle de l’instruction dans la famille s’appuient, dans la mesure où elles en disposent, sur les résultats de l’enquête du maire ou du préfet, afin, d’une part, de connaître les raisons qui ont guidé ce choix d’instruction et, d’autre part, de savoir s’il est donné à l’enfant une instruction dans la mesure compatible avec son état de santé et les conditions de vie de la famille.
    Le maire joue un rôle essentiel dans la détection de la radicalisation éventuelle ou d’une dérive sectaire de ses administrés.
    Il importe par conséquent de prendre connaissance des enfants pour lesquels l’enquête du maire dans leur famille a mis en évidence des situations dans lesquelles l’enfant est soumis à une emprise contraire à son intérêt, notamment une emprise sectaire, ou s’il se trouve dans un contexte de risque de radicalisation."


    Voilà en fait le pourquoi du comment la présence à l'école serat bientôt obligatoire à partir de 3ans, mais en tout cas une chose est sûr c'est que médiatiquement le macron à clairement fustigé les musulmans et donné des voix au RN et ratissé bien large dans l'autre partie de la droite dure.

    À télécharger et lire car intéressant le Vademecum de octobre 2020, ce vademecum est en fait juste un rappel et il n'a pas bougé d'un chouilla depuis quelques années, du moins la partie IEF.

    "Instruction dans la famille" en pdf :
    https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Actualites/30/6/VDM_IEF_1338306.pdf
     
    Dernière édition: 16 Octobre 2020
  7. J'ai eu peur pour les nomades,
    mais en gros, macron a dit : cned réglementé ça reste comme aujourd'hui, les autres à l'école.

    Donc les itinérants, gens du voyage, tsiganes aux CNED réglementé resteront au CNED réglementé.

    Après, entre ce qui est dit et ce qui est fait en pratique, c'est difficile de dire, et puis est-ce que les plus précaires pourront ouvrir droit à des aides etc..

    {{rubedo.current.page.title}}
     
    Dernière édition: 17 Octobre 2020
    celadrel apprécie ceci.
  8. HNORD

    HNORD Membre actif


    1 557

    1 238

    19

    30 Mars 2017
    Homme
    picardie France
     
    freedomcat apprécie ceci.
  9. blop

    blop Membre actif


    1 558

    826

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    Avec le VDM on peut voir que les controles sont quand même très pointus et les risques de dérive très limités
    Il y a une grosse différence entre les IEF qui sont au CNED et ceux qui pratiquent l'instruction libre.
    Quand on se penche un peu sur le programme cned ou éducation nationale , l’éducation donnée est assez " républicaine" particulièrement sur l'histoire ou l'education civique.
    Regardes l'histoire de la commune abordée par l'éducation nationale ou l'histoire de la colonisation, de l'esclavage etc
    Les gens du voyage au CNED sont pour l'instant tranquilles comme les écoles confessionnelles qui suivent le programme imposé par l'état .
    La cible suivante après l'IEF sont les écoles dans le style de l'école Bonaventure École Bonaventure — Wikipédia
     
    Dernière édition: 17 Octobre 2020
    celadrel apprécie ceci.
  10. HNORD

    HNORD Membre actif


    1 557

    1 238

    19

    30 Mars 2017
    Homme
    picardie France
     
    freedomcat apprécie ceci.
  11. celadrel et blop aiment ça.
  12. blop

    blop Membre actif


    1 558

    826

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    Ecole : « La “décision” d’Emmanuel Macron de rendre l’instruction à l’école obligatoire semble bien se situer dans une filiation jacobine »

    OPINIONS • TRIBUNES
    Ecole : « La “décision” d’Emmanuel Macron de rendre
    l’instruction à l’école obligatoire semble bien se situer
    dans une liation jacobine »
    TRIBUNE
    Claude Lelièvre
    Historien, spécialiste de l’éducation.
    En évoquant l’instauration de la mixité pour présenter sa décision de mettre fin à « l’école
    à la maison », Emmanuel Macron se trompe. En revanche, la référence aux lois de Jules
    Ferry dénote une radicalité au moins dans l’esprit, souligne, dans une tribune au « Monde »,
    l’historien de l’école Claude Lelièvre.
    Tribune. Annonçant, le 2 octobre, son intention de rendre obligatoire l’instruction à l’école, donc
    d’interdire l’école à la maison sauf impératifs de santé, le président de la République a affirmé en
    préambule que cette « décision est sans doute l’une des plus radicales depuis les lois de 1882 [les lois
    de Jules Ferry de 1881 et 1882 sur l’instruction primaire obligatoire, gratuite et laïque] et celle assurant la
    mixité scolaire entre garçons et lles en 1969 ».
    La référence à la « décision » ou à la « loi » « assurant la mixité scolaire en 1969 » laisse perplexe
    comme précédent historique « radical », car il n’y a eu ni loi ni décision majeure en 1969. Certes,
    l’historien Antoine Prost a déjà souligné que « l’école primaire actuelle se structure de façon très
    di érente de celle de Jules Ferry : il y a un siècle, on mélangeait les âges mais on séparait les sexes ;
    aujourd’hui, on mélange les sexes, mais on distingue soigneusement les âges » (dans la revue Histoire
    de l’éducation, avril 1982, n°4).
    Lire aussi | « Séparatisme » et école : l’instruction à domicile sera limitée aux « impératifs
    de santé »
    Mais la « mise en mixité » s’est essentiellement effectuée durant la décennie des années 1960 pour
    l’école primaire et le collège, et durant celle des années 1970 pour les lycées, par de simples mesures
    administratives et circulaires, au nom d’objectifs gestionnaires et pédagogiques Tout juste peut-on
    mentionner la circulaire aux recteurs du 15 juin 1969, qui marque une simple in exion d’un
    processus déjà bien engagé : « Si, en matière de mixité, l’arbitrage de l’administration centrale avait
    longtemps semblé nécessaire, il apparaît aujourd’hui que la mixité ne semble guère rencontrer
    d’opposition. La délégation de pouvoirs qui vous est donnée devrait en conséquence permettre
    d’accélérer l’extension de la mixité partout où elle présente des avantages certains sur le plan
    pédagogique. » Exit donc ce précédent d’une « décision radicale ».
    Les effectifs concernés : 0,3 % des jeunes de 6 à 16 ans
    En revanche, Emmanuel Macron peut avoir des raisons de mentionner le précédent historique
    « radical » « des lois de 1882 » ou plutôt des deux aspects de la loi du 28 mars 1882, et sans doute
    davantage leur aspect « laïcité » que la dimension « obligation d’instruction ». Jules Ferry lui-même
    n’a jamais mis en avant dans son œuvre scolaire « l’obligation d’instruction » dans laquelle il voyait
    surtout l’achèvement d’un long processus (la fréquentation scolaire des filles comme des garçons
    étant déjà bien avancée dans les faits lorsqu’il a légiféré).
    Au contraire, il a toujours montré que la « laïcisation de l’école primaire publique » lui importait au
    plus haut point, car il y voyait le début d’une longue aventure et effectivement une « décision
    radicale ». La « décision » (ou la « loi » future) rendant « obligatoire pour tous, dès 3 ans, l’instruction à
    l’école » apparaît davantage comme une révolution de principe (à l’instar de la laïcisation de l’école
    primaire de 1882) que comme un vrai bouleversement dans les pratiques effctives (à l’instar de
    « l’obligation d’instruction » du 28 mars 1882).
    Les effectifs concernés (0,3 % des jeunes de 6 à 16 ans) ne sont certes pas tout à fait marginaux mais
    peuvent difficilement être appréhendés comme la manifestation d’un changement de grande
    ampleur dans la réalité – même si l’on dit viser un certain nombre d’éléments « radicalisés » mais qui
    pourraient sans doute être encadrés ou recadrés par d’autres dispositions.
    La primauté de la République sur la famille
    En revanche, il n’en va pas de même pour ce qui concerne la question des principes de base qui
    peuvent régir les places respectives de la famille et de la République en matière d’éducation. Sous
    réserve que la constitutionnalité d’une telle mesure soit reconnue – car si l’on en croît certains
    juristes et spécialistes, la question se pose – on tient donc bien là une révolution de principe, et un
    certain type de radicalité qui s’enracine d’ailleurs dans des tentatives datant de la I re République
    plutôt que de la III e .
    A cet égard, on peut citer comme emblématique l’épisode de la discussion du « Plan d’éducation » de
    Le Peletier de Saint-Fargeau présenté par Robespierre lui-même à la Convention le 13 juillet 1793 avec
    le soutien éclatant de Danton : « Allons donc à l’instruction commune. Tout se rétrécit dans l’éducation
    domestique, tout s’agrandit dans l’éducation commune. Et moi aussi je suis père, mais mon fils ne
    m’appartient pas ; il est à la République. C’est à elle de lui dicter des devoirs pour qu’il la serve bien. »
    Et ce n’est pas un détail, car c’est là que s’est nouée de façon très explicite et spectaculaire la primauté
    de la République sur la famille en matière non seulement d’instruction mais d’éducation. La
    « décision » d’Emmanuel Macron semble bien se situer dans cette filiation jacobine.
    Claude Lelièvre (Historien, spécialiste de l’éducation.)
     
    celadrel apprécie ceci.

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 14)

  1. blop
  2. KANAL
  3. freedomcat
  4. HNORD
  5. Dreamea
  6. celadrel
  7. M.A.C.
  8. Anarcycliste
  9. Bernard Black
  10. paranos
  11. chiconman
  12. JimmyJazz
  13. anarchOi
  14. Korkikrac
Chargement...
Discussions similaires - Macron s'attaque l'Instruction
  1. Spasme
    Réponses:
    0
    Affichages:
    1 948