Chargement...
Bienvenue sur Pirate Punk ! Pour participer à la communauté, il faut s'enregistrer ou se connecter.   Ⓐ//Ⓔ

l'extreme droite

Discussion dans 'Débats politiques, activisme et luttes sociales' créé par celadrel, 14 Janvier 2021.

  1. blop

    blop Membre actif


    3 726

    1 800

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
  2. celadrel

    celadrel Uploadeur Équipe technique Membre actif


    5 929

    1 737

    46

  3. celadrel

    celadrel Uploadeur Équipe technique Membre actif


    5 929

    1 737

    46

  4. celadrel

    celadrel Uploadeur Équipe technique Membre actif


    5 929

    1 737

    46

  5. celadrel

    celadrel Uploadeur Équipe technique Membre actif


    5 929

    1 737

    46

  6. celadrel

    celadrel Uploadeur Équipe technique Membre actif


    5 929

    1 737

    46

  7. skamérakassé

    skamérakassé Uploadeur Membre actif


    1 952

    358

    142

    22 Septembre 2014
    Femme
    France
    Un texte très intéressant de UCL Montpellier, qui retrace l'histoire du masculinisme et met en lumière l'origine et le cheminement de cette dérive idéologique qu'on retrouve autant à l'extrême droite qu'a l'extrême gauche.

    Masculinisme : Quand les femmes « oppressent » les hommes – UCL - Union communiste libertaire

    Le mouvement masculiniste est une idéologie réactionnaire et antiféministe, qui a émergé dans les années 1970. Les masculinistes considèrent que les luttes d’émancipation ont fait gagner trop de droits aux femmes, qui se retrouvent donc à oppresser les hommes. Ils luttent contre les droits des femmes et contre le féminisme. Aujourd’hui cette idéologie traverse plusieurs courants dont certains perméables avec l’anticapitalisme.

    Au nom du masculinisme, plusieurs attentats ont été commis : Montréal, 1989, 14 mortes ; Californie, 2014, 6 mortes et un mort ; Toronto, 2018, 8 mortes et 2 morts. Par ailleurs, le masculinisme – en particulier le mouvement incel [1] – fait partie aujourd’hui du socle idéologique de nombreux groupes et individus d’extrême droite parmi les plus meurtriers.

    En 2006, dans son ouvrage Le Premier Sexe, Éric Zemmour dénonce une « féminisation » de la société, qui se développerait depuis quarante ans. La revendication d’une égalité entre les hommes et les femmes déboucherait, selon l’idéologue sexiste et raciste, sur une « indifférenciation » des genres, mais aussi sur une « stérilisation » des hommes, qui finirait par provoquer la disparition de « l’innovation », la « [stagnation intellectuelle et économique ».

    Un paradigme plus large, transversal, émerge, qui traverse tout le champ politique. Il est indissociable d’une pseudo-critique du capitalisme. Zemmour a su habilement récupérer, et a contribué à populariser en France, les thèses du sociologue étatsunien Christopher Lasch, d’inspiration marxiste, pour affirmer que les luttes féministes, LGBTI, antiracistes, antiautoritaires qui se développent depuis mai 68 s’inscrivent dans la logique « narcissique », « nivelante », « déracinante » du néolibéralisme. Lasch promouvait « l’enracinement » contre le « melting-pot », la « culture populaire » contre la « culture de masse », et vilipendait le « narcissisme » et « l’individualisme » du capitalisme tardif, offrant déjà la possibilité de cette dérive réactionnaire.
    Le mythe du « libéral-libertaire »

    Jean-Claude Michéa a repris les thèses de Lasch, et de Michel Clouscard pour définir plus fermement le paradigme du libéral-libertaire. Issu des milieux de gauche, Michéa est aujourd’hui essentiellement repris par l’extrême droite (Alain Soral, la revue Limite, etc.) et distingue un libéralisme économique (généralement de droite) et un libéralisme culturel (la gauche du capital) qu’il considère comme indissociables.

    Cela lui permet par exemple de discréditer les mouvements d’émancipation féministes, LGBTI et antiracistes qui émergent dans les années 1970, en les rangeant dans le « libéralisme culturel ». Il ne fait pas la distinction élémentaire entre la récupération étatico-capitaliste de ces dynamiques d’émancipation et leur base radicale et antiautoritaire, et amalgame le tout dans le concept flou de libéral-libertaire.

    Michéa est donc incapable de théoriser sérieusement l’émergence d’un libéralisme autoritaire, masculiniste, homophobe, transphobe et raciste (Trump, Bolsonaro, etc.), parce qu’une telle réalité ne cadre pas avec sa grille de lecture confuse et abstraite. Cette pseudo-critique du capitalisme, sexiste et antilibertaire, se développe également sur le terrain d’une certaine écologie.

    La revue Limite qui promeut une « écologie intégrale » réactionnaire, soluble dans le catholicisme intégriste, brandit souvent le mythe du libéral-libertaire, et cite régulièrement Michéa. Cette écologie masculiniste confuse oppose l’« artifice industriel » à une « nature », un « ordre des choses », une « essence concrète » des êtres.

    Maya Andrez Gonzalez et Jeanne Neton, théoriciennes critiques anticapitalistes et féministes, dans The Logic of Gender [2], montrent que ce genre de pseudo-critique du capitalisme, naturaliste et essentialiste, peut devenir structurellement sexiste, mais aussi homophobe et transphobe : cette pseudo-critique fétichise une nature concrète, un ordre « normal » et « normé », et assigne tout ce qui vient menacer cette nature et cet ordre à l’abstraction capitaliste.

    Pour les tenants de cette pseudo-critique, la binarité des sexes est un donné biologique indépassable, la volonté de déconstruction du genre s’inscrit dans la dynamique abstraite et illimitée du « capitalisme » et les féministes et les personnes LGBTI, qui refuseraient l’assignation biologique « naturelle », sont le symbole de l’abstraction capitaliste.
    Masculinisme, écologie et anticapitalisme tronqué

    On voit ainsi émerger aujourd’hui des théoriciens « anti-industriels » masculinistes qui prétendent critiquer les technologies capitalistes en associant leur dimension « dénaturante » à un « lobby LGBT » fantasmé, ou à un féminisme « déconstructionniste » diabolisé (Fabien Ollier, Alexandre Penasse, La Décroissance, etc.).

    Une telle tendance s’exprime pleinement dans certains écrits du collectif anti-industriel Pièces et main d’œuvre [3] (PMO). Dans Ceci n’est pas une femme. À propos des tordus queer [4], PMO fustige les « libéralo-libertaires », qui promouvraient l’indistinction, la technologisation et la dénaturation du vivant.

    PMO déplore la « féminisation » de la société, et la perte d’identité et de repères du sujet masculin hétérosexuel, ce qui est la base du discours masculiniste. De façon conspirationniste, PMO associe la PMA à une entreprise eugéniste, et fantasme des intérêts convergents entre le « lobby LGBT » et les transhumanistes ultralibéraux. Cette crainte d’une perte de contrôle de la reproduction par les hommes, et l’importance « anthropologique » donnée au rôle de père-patriarche dans la famille, est un fondement de l’idéologie masculiniste.

    En associant la transidentité avec le transhumanisme et l’attitude du consommateur capitaliste, PMO nie l’existence et l’humanité même des personnes trans, ainsi que leurs souffrances et la précarité qu’elles subissent. Gonzales et Neton, dans leur ouvrage, ont très bien démonté les mécanismes de telles idéologies masculinistes, qui renvoient à un anticapitalisme tronqué, naturaliste et essentialiste.

    L’industrialisme et le naturalisme sont les deux faces d’une même pièce : le concept de « nature » est une construction issue d’une société patriarcale et capitaliste, d’un système qui exploite et détruit l’environnement et les personnes minorisées. Une critique sensée et efficace de l’organisation sociale actuelle ne peut que dissocier radicalement les dynamiques libertaires, émancipatrices, du « libéralisme » économique et social, lequel est aujourd’hui explicitement autoritaire, sexiste et raciste.

    Anaïs et Benoît (UCL Montpellier)

    [1] La sous-culture incel désigne des communautés misogynes se définissant comme célibataires involontaires (le meurtrier du féminicide de masse de Toronto en avril 2018 s’en réclamait).

    [2] Maya Andrez Gonzalez, Jeanne Neton, The Logic of Gender, Contemporary Marxist Theory, A Reader, 2014.

    [3] Pièces et main d’œuvre est un groupe grenoblois de la mouvance technocritique créé dans les années 2000.

    [4] « Ceci n’est pas une femme. À propos des tordus queer, étude de genre », Pièces et main d’œuvre, octobre 2014, disponible sur le site Piecesetmaindoeuvre.com.[/QUOTE]

    ///


    /// Sur le même sujet, une note de lecture de Sortir du Capitalisme au sujet de cette mouvance ,discussion critique des analyses existantes de ce phénomène
    et carrtographie (provisoire) de ces courants néo nazes dans laquelle Michéa et Clouscard dont on parle dans le texte de la publie sont également cités, notamment les néo nazes de pmo :

    Sortir du capitalisme - Rouges-bruns [dossier]

    Acab 1312 partout 161Crew music party
     
  8. blop

    blop Membre actif


    3 726

    1 800

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    Oui, PMO déplore et il n'est pas le seul , les pollutions liées aux hormones qui "féminisent" le vivant
    Cette action des hormones en particulier contraceptives a été démontré chez les poissons

    "la technologisation et la dénaturation du vivant."
    Oui, c'est une critique assez courante chez les anti tech en particulier sur les OGM
    L'évolution des OGM aux US et au Canada leur a, depuis qu'ils existent, donné raison sur tous les points qui ont été critiqué

    " MO associe la PMA à une entreprise eugéniste,"
    Definition L’eugénisme peut être désigné comme « l’ensemble des méthodes et pratiques visant à sélectionner les individus d'une population en se basant sur leur patrimoine génétique et à éliminer les individus n'entrant pas dans un cadre de sélection prédéfini ».

    C'est en effet le cas, les donneurs de gamètes sont selectionnés et les gamètes ayant des maladies congénitales sont écartés du lot, on est donc en plein dans l'eugénisme.
    De plus auxUS et en Chine, les futurs parents peuvent choisir le sexe, la couleur de peau, d'yeux etc
    Ils sont donc entièrement dans le vrai

    " En associant la transidentité avec le transhumanisme et l’attitude du consommateur capitaliste, PMO nie l’existence et l’humanité même des personnes trans, ainsi que leurs souffrances et la précarité qu’elles subissent"

    Le transhumanisme est un mouvement culturel et intellectuel international prônant l'usage des sciences et des techniques afin d'améliorer la condition humaine par l'augmentation des capacités physiques

    La chirurgie esthétique est déja du transhumanisme puisqu'il y a une amélioration via la technique de la chirurgie de l'humain, seins plus gros, liposuccion etc

    Les techniques de changement de sexe rentrent donc bien dans le transhumanisme.

    Je pourrai développer encore plus mais vu que ce post revient régulièrement par la même personne dans des visées de propagande fausse, je ne vais pas me fatiguer et je vous laisse vous renseigner par vous mêmes
    Mais laissons parler les ennemis de PMO, les transhumanistes L'avenir du mouvement LGBT pourrait impliquer le transhumanisme
     
    Dernière édition: 1 Juillet 2021
  9. skamérakassé

    skamérakassé Uploadeur Membre actif


    1 952

    358

    142

    22 Septembre 2014
    Femme
    France
    Critique du collectif Pièces et main d'oeuvre (PMO). A propos du texte « Ceci n'est pas une femme (à propos des tordus queer) »,

    par Benoît Bohy-Bunel
    4 Mai 2021

    "Ce texte du collectif PMO est non seulement masculiniste, homophobe et transphobe, mais il est aussi constamment validiste. Il traduit certaines dérives de la technocritique, lorsqu'elle est naturalisante et développe un anticapitalisme tronqué.
    Le simple terme de « tordu », dans le titre, est une insulte contre celles et ceux qui ne se situent pas dans une norme valide. Il n'est pas seulement masculiniste, mais il stigmatise également les personnes en situation de handicap, physique ou psychique. Dans le système capacitiste capitaliste, ces personnes subissent oppressions et infériorisation, car elles ne correspondent pas à l'individu-productif type.
    Ensuite, le queer est étendu par PMO à toutes les théories qui considèrent que le genre est culturellement construit. Il désigne le féminisme qui se constitue à la suite de Simone de Beauvoir. L'attaque de PMO ne concerne donc pas seulement le queer au sens restreint, mais elle concerne la quasi-totalité des féminismes. La « tordue », en un sens, selon eux, ce serait une femme qui ne se reconnaîtrait pas comme femme « naturellement », mais qui dirait : « on ne naît pas femme, on le devient ». La « tordue » serait une femme qui refuserait son assignation au féminin dissocié (cf. Roswitha Scholz, Le Sexe du capitalisme), et qui entrerait en lutte
    Concernant les personnes homosexuelles, ils développent un discours tout à fait conspirationniste. Ils affirment : « Il est normal que « la mode », aux mains de l’élite gay et lesbienne promeuve les morphologies qui flattent ses désirs, et auxquelles la masse des clients et suiveurs hétérosexuels s’empressent de se conformer. Il est non moins normal que ses objectifs fusionnent avec ceux de la chirurgie esthétique, des biotechnologies et de « l’augmentation » technologique qui permettent la fabrication et la vente de ces « morphologies idéales ».
    ..."

    lire la suite sur Palim-Psao

    Critique du collectif Pièces et main d'oeuvre (PMO). A propos du texte « Ceci n'est pas une femme (à propos des tordus queer) », par Benoît Bohy-Bunel - Critique de la valeur-dissociation. Repenser une théorie critique du capitalisme

    ... Et en plus de ces textes ignobles, jamais on oubliera que Pmo on craché sur la mémoire d'un camarade Antifa, jamais jamais

    Ni Oubli Ni pardon !
     
  10. skamérakassé

    skamérakassé Uploadeur Membre actif


    1 952

    358

    142

    22 Septembre 2014
    Femme
    France
  11. blop

    blop Membre actif


    3 726

    1 800

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    " Le simple terme de « tordu », dans le titre, est une insulte contre celles et ceux qui ne se situent pas dans une norme valide. Il n'est pas seulement masculiniste, mais il stigmatise également les personnes en situation de handicap, physique ou psychique."

    Ce n'est que la traduction en français de Queer est un mot anglais signifiant « étrange », « peu commun », « bizarre » ou « tordu »

    Ensuite, critiquer aussi simplement , en prenant une dizaine de phrases sur un texte de 40 pages pour les retourner est assez malhonnête

    Revenons au texte de la critique " on ne nais pas femme , on le devient, cette théorie du genre a été démontrée comme fausse par un de ses promoteurs , John Money
    https://lesobservateurs.ch/2021/03/...-john-money-le-gourou-de-la-theorie-du-genre/

    Bon au final , je vais pas y passer ma soirée, c'est un texte de merde etcelui au dessus ne vaut pas mieux
    Pour clement Meric, c'est bien sur une connerie , je l'ai déja démontré il y a peu
    Je qualifiai cette technique de poster sans cesse les mêmes article mal documentés de religieuse, ce n'est pas en répétant toujours le même mensonge que les curés en ont fait une vérité, une connerie reste une connerie
     
  12. skamérakassé

    skamérakassé Uploadeur Membre actif


    1 952

    358

    142

    22 Septembre 2014
    Femme
    France
    Toujours sur les mascu', les violences homophobes et sexistes.

    " Et en ce moment, le masculinisme « de gauche » se porte bien.
    Inutile donc d’aller se perdre sur les forums des « pères perchés », ni même de se fader les 540 pages du dernier best-seller de Zemmour.
    On trouve à gauche de la gauche, plus précisément dans certains milieux libertaires, anti-industriels et écologistes radicaux, le pire de ce que l’idéologie masculiniste peut produire. Dernièrement, un exemple, les grenoblois de Pièces et main d’oeuvre (« PMO ») ont publié un texte au contenu antiféministe, homophobe et transphobe qui n’est pas passé inaperçu dans les milieux militants.
    Si l’anti-féminisme de PMO n’était pour beaucoup qu’un secret de polichinelle, ce texte marque une étape de plus dans sa dérive réactionnaire.
    Malheureusement, toucher le fond n’aide pas toujours à remonter à la surface."


    LE COMING OUT MASCULINISTE DE PIÈCES ET MAIN D’OEUVRE (PMO)…

    [infokiosques.net] - Le coming out masculiniste de Pièces et main d’oeuvre (PMO)…

    161 music party
     
    Dernière édition: 1 Juillet 2021
  13. blop

    blop Membre actif


    3 726

    1 800

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France
    flood déja posté juste au dessus sous une autre forme
     
  14. celadrel

    celadrel Uploadeur Équipe technique Membre actif


    5 929

    1 737

    46

  15. blop

    blop Membre actif


    3 726

    1 800

    6

    28 Novembre 2017
    Occitanie, France France

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 25)

  1. celadrel
  2. blop
  3. skamérakassé
  4. ZetaMalory
  5. HNORD
  6. Dreamea
  7. nico37
  8. vilcoyte64
  9. miro
  10. alex592
  11. Neppi934
  12. M.A.C.
  13. goutte2plus
  14. kony
  15. tamer
  16. jhieronimas34
  17. juan1312
  18. mat35
  19. stsf1gtsf1b
  20. Rash Sharp Olomouc CR
  21. cedau77370
  22. Viking doom
  23. Statickiller
  24. KANAL
  25. Fabien CZEKAJ
Chargement...
Discussions similaires - l'extreme droite
  1. litovskpunx
    Réponses:
    0
    Affichages:
    1 985
  2. quico
    Réponses:
    1
    Affichages:
    2 416
  3. Mamelon
    Réponses:
    9
    Affichages:
    3 390
  4. AnarchX
    Réponses:
    26
    Affichages:
    9 019
  5. anarchOi
    Réponses:
    17
    Affichages:
    3 740
  6. Brok
    Réponses:
    10
    Affichages:
    2 214
  7. freedomcat
    Réponses:
    0
    Affichages:
    364
  8. freedomcat
    Réponses:
    113
    Affichages:
    2 877